Mise en ligne d’une interface de consultation des transcriptions parisiennes

L’équipe de recherche Time-Us a mis en ligne une interface de consultation des transcriptions réalisées sur les minutes du conseil de Prud’homme de Paris pour le textile pour la seconde moitié du XIXe siècle.

Cette interface permet de rendre compte du travail de structuration automatique déployé sur ces transcriptions. Elle a été produite par Victoria Le Fourner, étudiante en deuxième année du Master TNAH de l’École nationale des chartes, dans le cadre de son stage de fin d’études pour le projet Time Us au sein de l’équipe ALMAnaCH à Inria.

http://timeusage.paris.inria.fr/prudhommes-paris-19e/

ScanTent, DocScan et Transkribus : retour d’expérience sur le cas des prud’hommes de la Seine.

Une présentation proposée par Kévin Champougny.

Dans le cadre du projet TIME-US, les archives prud’homales représentent des sources particulièrement riches, que ce soit pour les questions de salaire, les conditions de travail ou encore la répartition géographique des ouvriers et employeurs. S’il est possible de faire ressortir ces informations en recourant à un traitement informatique, il est nécessaire pour cela d’effectuer la numérisation des registres des procès, de les transcrire manuellement puis, si besoin, de corriger les transcriptions automatiques. Ce billet a pour objectif de présenter ces différentes étapes tout en revenant sur l’expérience des logiciels (DocScan1 et Transkribus) et instruments (ScanTent2) utilisés lors du traitement du registre D1U10-379.

I/ Présentation du registre D1U10-379

Si les Conseils des Prud’hommes sont officiellement créés en 1806, ils ne font leur première apparition à Paris qu’en 1844, ne concernant alors que l’industrie des métaux. Il faut attendre l’ordonnance royale du 9 juin 1847 pour voir la création du Conseil pour l’industrie des tissus de la Seine3.

Le registre D1U10-379, qui rassemble les procès du 8 octobre 1847 au 7 décembre 1849, est ainsi le premier registre des jugements rendus par ce Conseil. La lecture des affaires du 24 décembre 1847 au 19 mai 1848 laisse apparaître qu’un seul secrétaire, Me Corbin, est chargé de la mise par écrit des procès. Cela permet donc de retrouver une écriture plus ou moins constante tout au long du registre, facilitant ainsi la transcription manuelle et automatique.

Les tentatives de Me Corbin pour faire tenir autant que possible chaque affaire sur une unique page représente, par ailleurs, un avantage inattendu. En effet, lors de la transcription manuelle et le temps de s’habituer à l’écriture, il s’avère important de pouvoir comparer les différentes graphies des termes revenant fréquemment. Or, les noms des parties parcourent chaque affaire et sont mentionnés assez souvent pour permettre une telle comparaison.

II/ La numérisation avec la ScanTent et DocScan.

Les registres des prud’hommes ne pouvant pas être sortis des archives départementales de Paris, il est de ce fait obligatoire de les numériser en les photographiant directement sur place. Afin d’obtenir des copies numériques de bonne qualité, nous avons souhaité faire usage de la ScanTent. Elle pose cependant un inconvénient : étant constituée d’une tente en toile cirée noire, elle cache, à quiconque désirant observer, les manipulations des sources à moins de se placer derrière la personne qui effectue les photographies. L’impossibilité de surveiller la manipulation des registres a généré des inquiétudes chez les archivistes. Toutefois, avec leur aimable autorisation, j’ai pu expérimenter la ScanTent à titre exceptionnel.

L’appareil est simplement constitué d’une lampe LED, d’une toile, d’un plateau sur lequel est posé un téléphone et de quatre tiges métalliques qui forment l’armature. Il est donc facilement démontable et transportable. Seul le montage peut s’avérer légèrement compliqué le temps de prendre le coup de main nécessaire pour encocher chaque tige convenablement dans les coins de la toile. Autrement, et même sans schéma, il est aisé de comprendre comment s’emboîtent les éléments.

Il est recommandé d’avoir avec soi un ordinateur ou un adaptateur pour prise, le branchement de la lampe LED se faisant par USB. Une fois la ScanTent montée, il suffit de poser son téléphone sur la plateforme pour pouvoir photographier les sources. Deux options sont alors possibles : nous pouvons tout simplement recourir à l’application appareil photographique du téléphone, ou utiliser l’application DocScan. Pour la numérisation du registre D1U10-379, j’ai opté pour cette dernière.

L’avantage de DocScan est de proposer une synchronisation avec un compte Transkribus, permettant ainsi de directement mettre en ligne les photographies et de les transcrire aussitôt. Toutefois, l’application peut s’avérer difficile à prendre en main, à première vue, par rapport à l’application de photographie du téléphone qui est plus familière. En effet, la mise au point automatique proposée par DocScan peut se révéler capricieuse et lente à obtenir : alors même que le téléphone et le registre sont restés disposés de la même façon durant tout le processus de numérisation, chaque changement de page entraînait automatiquement la nécessité de refaire la mise au point. Certaines pages présentaient davantage de difficultés, il n’est pas à exclure de préférer avoir recours à l’appareil photographique du téléphone pour gagner du temps. Force est de reconnaître malgré ce point que les clichés obtenus par DocScan sont de loin de bien meilleure qualité et bien plus nets.

Recadrer une photo de manière à supprimer les marges est essentiel pour optimiser la qualité de la transcription automatique obtenu ultérieurement. DocScan prévoit un outil pour recadrer la photographie avant son enregistrement, mais cela nous a posé un problème. En effet, recadrer une image entraîne automatiquement la suppression de l’original. Il faut alors reprendre une photo de la page dans le cas d’une mauvaise manipulation ou si on exprime la volonté d’avoir une page de registre par photographie. Nous avions choisi de conserver les deux versions de l’image, ce qui a rendu nécessaire la réorganisation manuelle des photos afin de les reclasser dans l’ordre. Ce fait explique notamment pourquoi, lors de la numérisation du registre D1U10-379, la mise en ligne des photographies sur Transkribus a nécessité une correction manuelle préalable.

Les clichés obtenus grâce à DocScan sont nets et correctement éclairés. Même si la phase de recadrage manuel prend du temps, en définitive, la tâche de transcription est plus aisée car on distingue plus précisément l’écriture de Me Corbin.

III/ La transcription des sources sur Transkribus

Une fois les sources numérisées, il est temps de les transcrire sur Transkribus4.

Avant de pouvoir effectuer une transcription automatique via OCR, la première tâche consiste à transcrire un nombre suffisant de pages dans le but d’établir des données d’entraînement. Dans le cas du registre D1U10-379, la transcription a porté sur 44 pages et a consisté à recopier fidèlement, ligne après ligne, ce qui est écrit dans le registre : mots, chiffres, ponctuation, symboles divers,… Pour cela, il est primordial d’effectuer auparavant la segmentation, c’est-à-dire la reconnaissance des zones de texte, des pages que l’on traite. Elle peut se faire automatiquement ou manuellement. Il est également possible de corriger manuellement le résultat de la segmentation automatique.

L’orientation de l’image est cruciale pour éviter que les erreurs de segmentation. Il est alors nécessaire de corriger les métadonnées EXIF des photographies avec un logiciel tel que XnView5 et de recharger les clichés sur Transkribus. La manipulation est simple et permet de retrouver une segmentation correcte.

La transcription manuelle consiste ensuite simplement à recopier ce que nous pouvons lire sur plusieurs pages du registre. Précisons seulement qu’il peut s’avérer important de repérer les expressions et les mots les plus fréquemment utilisés par le secrétaire (dans le cas de notre projet, il s’agit surtout des expressions juridiques et de certains noms) afin de s’habituer au tracé des lettres.

Les données d’entraînement générées grâce à la transcription automatique permettent de produire un modèle de transcription (HTR) qui est ensuite appliqué par l’intermédiaire du logiciel Transkribus à des pages non transcrites. En fonction du taux d’erreur atteint, il peut être nécessaire de produire de nouvelles transcriptions manuelles afin d’améliorer le modèle : en partant de zéro ou bien en corrigeant le résultat des passages d’HTR. Nous avons pu constater, lors de la correction d’un modèle utilisé sur le registre D1U10-386 des prud’hommes de Paris, qu’une grande part des erreurs de la transcription automatique provient du chevauchement de certaines lettres sur les lignes inférieures. Ainsi, la boucle inférieure d’un  f » peut être interprétée comme un « l » ou un signe de ponctuation quelconque à la ligne suivante.

1 Lien pour télécharger l’application : https://play.google.com/store/apps/details?id=at.ac.tuwien.caa.docscan

2 Pour plus d’informations sur l’appareil, voir le lien suivant : https://scantent.cvl.tuwien.ac.at/en/#titlepage

3 LAINÉ Brigitte, Conseil de Prud’hommes de la Seine, 1844-1940 (1762-1971), Archives de Paris, avril 2010, p. 8.

4 Pour de plus amples informations sur le fonctionnement de ce logiciel, se référer au billet suivant : https://timeus.hypotheses.org/458

5 Disponible au téléchargement à cette adresse : https://www.xnview.com/fr/

Les archives des prud’hommes de la seine pour l’industrie des tissus : Quelles informations pouvons-nous en tirer ?

Une présentation proposée par Kévin Champougny.

En effectuant la transcription manuelle du registre D1U10-379 (1847-1848) ainsi que la correction de la transcription automatique d’une partie du registre D1U10-386 (1858), nous avons pu par la même occasion analyser quelques affaires. Il s’agit d’un traitement partiel ne concernant pas l’ensemble des deux registres mais seulement des passages précis : soit 36 affaires ayant lieu entre décembre 1847 et mai 1848 et 24 affaires pour mai-juin 1858. Les tendances observables dans ces passages sont à prendre avec précaution en attendant une analyse plus poussée de l’ensemble des registres, mais nous pouvons toutefois présenter quelques particularités de ces fonds.

I. La structure des registres

Avant de progresser davantage, il est important de revenir sur l’organisation interne de ces archives.

Les registres sont organisés par audiences qui, en temps normal, se tiennent le vendredi sur un rythme hebdomadaire. Au cours de chacune d’elle, une ou plusieurs affaires sont présentées et débattues devant le Bureau Général. Celui-ci juge en dernier ressort les affaires pour lesquelles les parties n’ont pas pu trouver de terrain d’entente devant les Bureaux Particuliers.

Pour chaque affaire nous avons une structure similaire : le secrétaire présente les parties du procès (demandeurs et défendeurs) en précisant leurs noms, qualités et adresses. Une fois cette présentation effectuée, un rappel du déroulé des audiences précédentes devant les Bureaux Particuliers a lieu. C’est durant cette partie que nous pouvons obtenir des informations sur l’objet des litiges et les argumentaires de chaque partie. Toutefois, nous pouvons souligner que ces passages, qui sont pourtant les plus riches en informations pour TIME-US puisqu’ils reviennent en détail sur la question des salaires et des tâches de production, présentent un intérêt principalement quand le défendeur (l’accusé) comparaît devant le tribunal. Après le rappel des faits et des argumentaires, intervient le point de droit : les questions juridiques auxquels les prud’hommes doivent apporter une réponse. Ensuite, les arguments des juges sont donnés et aboutissent sur la conclusion de l’affaire.

Si la structure ici présentée reste identique entre 1848 et 1858, des évolutions sont toutefois constatables sur la forme.

II. 1848-1858 : différences et similitudes

Les différences que nous pouvons constater entre les deux registres proviennent principalement du fait que le registre de 1848 et les affaires qu’il présente sont les premières du tribunal des prud’hommes du département de la Seine pour l’industrie des tissus. Contrairement à la rédaction presque mécanique du registre de 1858 et de son secrétaire M. Lecucq, la rédaction de M. Corbin, secrétaire pour 1848, est moins machinale. Si les différences sont parfois minimes et le sens reste profondément le même, cela témoigne néanmoins d’une différence dans le degré de formalisation des deux secrétaires.

Mais outre cet aspect, nous constatons aussi une période d’adaptation du public face à cette nouvelle institution. Cela peut se mesurer de deux façons. La première repose sur une comparaison portant sur le nombre d’affaires par audience : entre le 24 décembre 1847 et le 19 mai 1848, le tribunal des prud’hommes traite un total de 36 affaires sans oublier l’audience du 8 octobre 1847 (on compte alors 3 affaires par audience), contre 24 affaires sur la période du 28 mai 1858 au 18 juin 1858 (entre 5 et 8 affaires par audience). Les révolutions de 1848 ont pu jouer un rôle important dans la différence du nombre d’affaires par audience entre les deux années, toutefois il semble que cette dernière provienne davantage du fait que, pour la première période, recourir aux Prud’hommes ne serait pas encore totalement intégré dans les mœurs. En reprenant un calendrier des audiences tenues entre le 8 octobre 1847 et le 7 décembre 1849, nous constatons que trois seulement ont pu suivre un rythme hebdomadaire (les 26 novembre, 3 décembre et 24 décembre 1847) tandis que les autres voient généralement deux semaines s’écouler entre elles. A contrario, 8 audiences se sont même tenues plus de deux semaines après la précédente.

L’autre critère pouvant possiblement attester d’une appropriation de ce tribunal par le public provient du nombre d’affaires présentant une non-comparution du défendeur (l’accusé) : cela concerne ainsi 26 affaires sur 36 en 1848 contre 13 affaires sur 24 en 1858. Si l’absence de comparution aboutit automatiquement sur la victoire du demandeur, elle nous prive pourtant souvent d’explication et de détails sur le cœur de l’affaire.

III. Deux exemples intéressants pour TIME-US

Les affaires présentant le plus grand intérêt pour TIME-US sont celles qui offrent une confrontation entre les parties. Les ouvriers et les maîtres doivent alors revenir sur l’objet du litige en apportant des précisions sur les salaires et les conditions de travail mais aussi présenter leurs arguments, permettant ainsi d’accéder à des informations sur les pratiques courantes dans le milieu ou encore sur la qualité de la production.

Nous proposons, à titre d’exemple, de revenir sur deux affaires particulièrement riches en informations.

L’affaire opposant les époux Barbet aux époux Maison du 11 février 1848, intervient après le départ de l’épouse Barbet des ateliers des Maison suite à un différend avec ceux-ci. Les ouvriers Barbet demandent le paiement du solde que leur doivent les Maison pour le travail effectué, mais ces derniers s’opposent à la somme demandée et expliquent, comptes à l’appui, qu’ils sont au contraire créanciers. Suivent alors deux séries de comptes, une effectuée par les Maison et l’autre par les juges des prud’hommes, où sont détaillés les avantages et les salaires dont ont pu bénéficier les Barbet pour leur travail.

Le 24 mars 1848, une affaire oppose les époux Chereau, ouvriers châliers, à M. Fretille, fabricant de châle, qui aurait refusé de payer une somme avoisinant les 6000 francs. Suite à la non-comparution du défendeur, les Chereau remportent le procès. Afin de permettre un remboursement plus rapide de la somme, le Bureau Général établit un inventaire complet des matières premières, produits finis et aussi des outils de travail pouvant être vendus lors d’une vente aux enchères. Par cette affaire, nous obtenons donc un aperçu de la matérialité de la profession de châlier au XIXe siècle.

IV. Logement, genre : d’autres informations des Prud’hommes

Les archives des Prud’hommes mettant en lumière des problèmes du monde du travail, ceux des ouvriers comme ceux des patrons, elles permettent aussi d’accéder parfois à l’histoire sociale des individus.

La présentation des parties offre ainsi, par exemple, la possibilité de retracer les conditions de logement des ouvriers parisiens : les quartiers qu’ils habitent, le déplacement des ruraux qui viennent s’établir à Paris (mouvement notamment visible dans le cas des apprentissages où figure le domicile familial) ou encore s’ils sont hébergés par autrui.

Nous pouvons aussi, rarement, croiser l’expression des sentiments des classes populaires. C’est par exemple le cas de l’affaire Pajot contre Beuret du 28 mai 1858 dans laquelle l’apprentie, Valérie Pajot, exprime sa détermination à vouloir mettre un terme à la punition imposée par son maître qui l’a mise au pain sec et à l’eau. M Pajot, le père de l’apprentie, tente ainsi de trouver un accord avec l’épouse du maître : il propose d’user de son autorité parentale pour faire rentrer sa fille dans les ateliers à condition que les Beuret puissent « consentir à ne pas persévèrer [sic] dans son exigence à l’égard d’une punition que l’apprentie refusait à supporter à cause de l’humiliation qu’on voulait lui faire subir »1. Autre expression de sentiments, bien que d’une autre forme, la demande de rupture de contrat auprès des Bureaux Généraux le 11 février 1848 (accompagnée d’une demande de dommages-intérêts) suite aux « familiarités »2 qu’entretiennent une apprentie, Anna Clotilde Simonet, et le frère de sa maîtresse, la Comtesse de Marsac, fabricante de fleurs.

Enfin une étude sous le prisme du genre dans les décisions des prud’hommes semble aussi particulièrement intéressante. Ainsi, sur les 36 affaires de l’année 1848 traitées à ce stade, nous observons que les femmes constituent 35% des demandeurs (soit 14 sur 41 demandeurs) : 5 femmes agissent en leur nom propre, tandis que les autres sont « assistées et autorisées » par leurs époux. Toutefois, dans les cas étudiés, le critère de genre ne semble pas entrer en compte dans le résultat du jugement : aucune différence concrète ne peut être constatée par rapport aux hommes. Autre résultat, les demandeurs, hommes comme femmes, ont gain de cause dans 97% des affaires ayant lieu sur la période étudiée en 1848 : le critère le plus déterminant pour obtenir un jugement positif repose donc sur le fait d’être le demandeur devant les Bureaux.


1 Registre D1U10-386, Archives départementales de la Seine, audience du 28 mai 1858, Affaire Pajot contre Beuret.

2 Registre D1U10-379, Archives départementales de la Seine, audience du 11 février 1848, Affaire Simonet contre De Marsac.

Wiki Time-Us

L’équipe de recherche Time-Us a mis en place un wiki dédié aux sources du projet et à leur traitement numérique. Les inventaires des sources collectées dans le cadre du programme ANR, un guide d’utilisation du logiciel de transcription Transkribus et un guide d’annotation des archives sont disponibles ICI.

 

Compte-rendu des journées d’étude “Rémunérations et usages du temps des femmes et des hommes dans le textile en Europe pendant l’industrialisation. Sources et méthodes de traitement”

Journées d’étude organisées dans le cadre du programme ANR TIME-US

Aix-en-Provence 20-21 octobre 2017

 

Ces deux journées d’étude, organisées à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme dans le cadre du projet Time-Us, ont permis de réfléchir et de discuter des questions relatives au travail des hommes et des femmes dans l’industrie textile principalement en Europe du Nord (Angleterre, Belgique, Suède) et en Espagne de la fin du XVIIIème siècle au début du XXème siècle. Rassemblant des historiens de l’économie et des chercheurs en humanités numériques, ces journées d’étude ont permis d’aborder plusieurs questions centrales et essentielles aux réflexions menées dans le cadre du programme Time-Us. D’une part, l’ensemble des recherches présentées, menées sur le long terme ou bien nouvellement initiées, a mis en lumière le poids du travail des femmes aussi bien dans le développement économique au cours de l’industrialisation, mais également son apport financier non marginale au sein des ménages. D’autre part, ces différentes interventions ont abordé la question transverse de la temporalité. Certaines présentations ont mis l’accent sur la dimension temporelle propre à l’évolution du rôle économique des femmes au cours de leur vie et selon leur statut marital. D’autres ont axé leur réflexion sur la relation entre les cycles économiques au cours d’une année et la durée du temps de travail des ouvriers et ouvrières dans l’industrie textile.

La richesse de ces présentations a également permis d’ouvrir de nouvelles pistes quant à l’usage et à la nature des sources et des méthodes à mobiliser.

 

Manuela Martini – Université Lyon 2

Introduction

Manuela Martini opened the conference by presenting the Time-Us project. The aim of the research program is to construct and analyse a documentary corpus on women’s and men’s work, their remuneration and household time budgets of textile workers in France between the end of the Seventeenth century and the beginning of the Twentieth century. She stressed two main questions which lead the Time-Us team’s researches: what is the link between economic growth and women’s contribution to household income? What is the relationship between paid work and women’s life cycle? The aim of Time-Us project is to renew interest in study of wages and wage differentials, but also to bring a new approach to the study of historical household budgets in the main French industrial cities (Paris, Lille, Marseille and Lyon). To lead the research project, different sources are mobilized such as accounting books, industrial censuses and survey, social conflicts and police and judicial courts records, trade organizations, guild sources and workers’ diaries.

As part of Time-Us project, several scientific seminars have been organized to promote, discuss and spread researches. The first one took place in Lyon in 27th and 28th march 2017 and was about uses of time and wages of men and women during the first industrialization (“Usages du temps et rémunérations des femmes et des hommes pendant la première industrialisation. Notions et perspectives empiriques”.) Furthermore, two international congresses are already scheduled : Manuela Martini (LARHRA), Anne Montech (TELEMME) and Ariadne Schmidt (University of Leiden) will organize session titled “Women’s wages and time allocation in Western Europe during pre-industrial and industrial times (16th-early 20th centuries)” at the European Social Science History Congress in Belfast (4th-7th april 2018). With Cristina Borderias (University of Barcelone) and Aurora Gomez Galvarriato (University of Mexico), Manuela Martini will coordinate a session during the World Economic History Congress in Boston titled “Coping with crisis: labor market, public policies and household economy. A comparative perspective on unequally industrialized regions from the mid-18th century to the interwar period – Mediterranean Europe, Central and Southern America” (29th july-3rd august 2018).

 

Peter Scholliers – Vrje Universiteit Brussel

A Gender Wage Gap in Cotton Weaving?  The Voorman Mill in Ghent, c. 1900

Debates on gender wage gaps in Europe (and, actually, the world) in the 19th and a large part of the 20th century have been blurred by studying very dissimilar categories of workers (with different tasks, working hours, skills, and labour market conditions). This has led to basically two views on wage inequality: the economic, and the social-cultural (or productivity differentiation versus discrimination / custom). Following recent research, this presentation focused on a single company (the Voortman cotton mill in Ghent), more particularly, its weaving section, aiming at making meaningful comparisons. Wage systems, working hours and actual weekly earnings of male and female workers has been studied between 1891 and 1914 (based on wage ledgers of the mill), including attention to the age of workers. Peter Scholliers’ study on the Voortman cotton mill in Ghent led to very interesting conclusions. He observed a small gender earning differentials which did not emerge out of working time or wage rates, but of working with different equipment. He emphasised the fact that the gap reveals very low wages of both men and women compared to other Ghent mills. To conclude, Peter Sholliers stressed that ideology of male breadwinner was unattainable between 1890 and 1914: women’s work was not additional, but fundamental for survival.

 

Maria Ågren – University of Uppsala

The Uses and Usefulness of Language Technology to the Gender and Work Project

While small-scale individual projects are often of very high quality, some scholarly problems are simply too big to be feasible for one person only. Such problems require a large group of scholars making concerted efforts to achieve the same objective. Moreover, we need not only several researchers who can divide the general problem into a set of sub-problems; we also need a common strategy for data collection and data sharing.

The problem of how men, women and children supported themselves in the early modern period is a good example of such a big problem. For many reasons it benefits hugely from a collaborative approach. The lack of good early modern occupational statistics (for Sweden) and the problematic character of many occupational titles forces the researchers to look for other types of data, namely information on time use or practices. Culling information on time use from handwritten sources is, however, a very time-consuming task. It requires both collaboration between the scholars who collect the data and access to good research infrastructure, i.e. databases where the information can be stored and searched systematically.

But even with a collaborative team and good database facilities, finding out how women and men supported themselves in the early modern period remains difficult for conceptual reasons. It is difficult analytically to discern and define “work” as opposed to “non-work” because of the “entangled” nature of much early modern work. Since so much work (both men’s and women’s) was unpaid and performed in many different places, it cannot be identified as that for which somebody is paid or that which takes place in the workshop (or some other place). Moreover, the division of work was flexible: both men and women performed most types of work and no one was a specialist. The flexible division of work went in hand with a household model described as “the open house”. Commercial and cooperative activities involved both genders and transcended the borders of the household. Maria Ågren also stressed that the division of work was structured along lines of marital status rather than gender: married women were regarded as capable of governing. Nevertheless, men were overrepresented in certain types of work (military, administrative) and women were overrepresented among the poor.

In her presentation, Maria Ågren has also discussed some of these problems in relation to the database GaW and the so-called verb-oriented method used within the Gender & Work project at Uppsala university. She has also presented the main results of the project so far, and suggested directions in which research might move.

 

Eva Pettersson – University of Uppsala

Automatic Extraction of Verb Phrases Describing Work from Early Modern Swedish Text

In the Gender and Work project, historians are interested in what men and women did for a living in the Early Modern Swedish society. To find out, historians manually read a number of documents from the time, to find and extract text passages describing how different persons supported themselves. During this work, the historians have come to the conclusion that working activities often are described in the form of verb phrases, such as to ‘sell fish’, ‘chop wood’, or ‘serve as a maid’.

In her work, Eva Petterson presented a method for automatically extracting verb phrases that are likely to describe work from Early Modern Swedish text, with spelling normalisation as a core component. In the spelling normalisation step, the historical input text is automatically normalised to a more modern spelling. This enables the use of existing tools for linguistic analysis of the text, trained on modern language. Based on the linguistic analysis, verb phrases are then automatically identified and ranked so that those that are more likely to describe working activities are presented at the top of the results list (in their original, historical spelling). The aim is that instead of reading whole books in the search for relevant text passages, the historians would only need to go through a list of automatically extracted text passages, keeping those of interest, and discarding the rest.

 

Jane Humphries – All Souls College, University of Oxford

Benjamin Schneider – Merton College, University of Oxford

Spinning the Industrial Revolution

The prevailing explanation for why the Industrial Revolution occurred first in Britain during the last quarter of the eighteenth century is Robert Allen’s (2009) ‘high-wage economy’ view, which claims that the high cost of labor relative to capital and fuel incentivized innovation and the adoption of new techniques. This paper has presented new empirical evidence on hand spinning before the Industrial Revolution and has demonstrated that there was no such ‘high-wage economy’ in spinning, a leading sector of industrialization. The authors have quantified the working lives of frequently ignored female and child spinners who were crucial to the British textile industry with evidence of productivity and wages from the late sixteenth to the early nineteenth century. Spinning emerges as a widespread, low-productivity, low-wage employment, in which wages did not rise substantially in advance of the jenny and water frame. The motivation for mechanization must be sought elsewhere.

 

Carmen Sarasúa – Universidad Autonoma Barcelona

Remuneration and Working Time of Men and Women Textile Workers in Eighteenth-century Spain: Methodological Problems

The textile sector was the largest industrial sector in 18th century Europe, both in GDP and labor terms. Scarcely mechanized and very labor-intensive, it was also the largest source of employment outside agriculture. The textile labor force was also heavily feminized, with women’s low wages likely having a main role in this feminization.  Collecting data on textile wages poses however methodological problems that need to be addressed in advance. This paper has discussed these problems, focusing on the wool industry in 18th century Spain. 

 

 Sophie McGeevor – The Cambridge Group for the History of Population and Social Structure, University of Cambridge

Imputing Wages for Housework using the Household Monographs of Frédéric Le Play

Frédéric Le Play’s household budgets and those of his followers contain systematic observations of the time-use of men, women and children in the mid nineteenth to early twentieth century. These budgets provide some of the earliest insights into the time-demands of women’s non-market work. In these budgets, Le Play imputes wages ‘in kind’ for some, but not all, housework. This paper has first explored why Le Play does this more than a hundred years before any economist is seriously considering the value of women’s housework to their families or wider society. Using Le Play’s English monographs, Sophie McGeevor has then demonstrated how contemporary sources of women’s wages can be used, in conjunction with Le Play’s household budgets, to create a more complete picture of the economic value of women’s work in this period. 

 

Amy L. Erickson – University of Cambridge

Fans and Fanny Burney: Hidden Manufacturing in Eighteenth-century London

 

The Burney family, including the writer Frances (Fanny) and the musician Charles, is one of the most-studied families of 18th-century England. This paper has introduced Fanny’s mother and grandmother – both fan-makers, although their trade has never been noticed in the extensive historiography. Managed in domestic workshops, there are no factory records or account books to help us understand the division of labour in fan-making. This presentation has used the discovery of one fan-making family through trade cards and tax records to open a window on the industry. Fan-making employed women as well as men, and the trade was managed by both women and men. London was a major center of fan production in the 18th century when the fashion was at its peak. (In a northern climate, fans were only ever a fashion accessory, but London manufacturers exported fans to Spain where they had more functional uses.) Fans were only one of many ephemeral luxury goods which produced a solid income for tens of thousands of women, and the tax records help us to model their numbers.

 

Tabitha Baker – University of Warwick

Re-assessing Women’s Work: Evidence from the Professional Embroidery Trade of Eighteenth-century France

Analysing the embroidery trade in eighteenth-century France necessitates a re-examination of gender roles in the world of early-modern work and artisanship. Frequently referred to as ‘women’s work’, ‘domestic’ and ‘feminine’ by both contemporary eighteenth-century commentators and modern-day scholars alike, such connotations neglect to account for the dynamic gender roles which occurred in this ancillary trade of the luxury market. During the early-modern period embroidery was increasingly professionalized as a result of the accelerated growth of luxury consumption across Europe. By the eighteenth century it was a well-established luxury trade in France and the rise in popularity of embroidered textiles from the 1770s onwards, particularly men’s waistcoats, opened up new opportunities for those working in the embroidery trade. However, it was men, especially in Paris, who dominated this activity which had at its core an inherently ‘female’ skill. How, then, did the professionalization of a traditionally domestic occupation affect women as wage earners and what sources can be used to interrogate this? Archival sources naturally promote the visibility of male embroiderers, particularly in Paris where the guild of embroiderers strictly regulated their trade and excluded women from the highest ranks of the occupation. Evidence of female embroiderers in the Parisian archives is scarce, and where they do appear, are mostly associated with their husband or father, or are the object of legal action waged by the guild. Yet in 1770, Charles Germain de Saint-Aubin declared in L’Art du brodeur that embroidery was an occupation in which women could earn one of the highest wages for their sex; as the only contemporary commentary on the trade, the way in which female embroiderers are portrayed in L’Art du brodeur is telling. Taking Saint-Aubin’s treatise as a useful starting point, this paper has investigated the accuracy of his assertions and has investigated the socio-economic reality of women in the embroidery trade of eighteenth-century France. With a comparative focus on Paris and Lyon, and using a variety of archival sources including legal disputes, bankruptcy papers, and the account books of merchants, T. Baker has examined the working practices, wages and career trajectories of female embroiderers in the second half of the eighteenth century. Finally, to what extent did the rise in popularity of embroidery in the 1770s equate to increased opportunities for women in the world of early-modern work? 

 

Malin Nilsson – University of Gothenburg

Seasonal Variation of Hours Worked in Home-based Industrial Production: Evidence from Sweden 1912

This study investigates patterns of seasonal variation in hours worked by women employed in home-based industrial production in Sweden 1912. Previous studies often describe workers in this type of production as the most flexible segment of industrial workers, and highly dependent on seasonal fluctuations in supply and demand. However, few have studied this empirically. This study relies on data from interviews with home-based workers. Principal Component Analysis is used to identify seasonal patterns and OLS regressions to identify the factors driving these fluctuations.

The results show surprisingly stable patterns in hours worked, most women worked 8 to 10 hours per day all year. Thus, while home-based workers were flexible in the sense that they all worked on piece-work contracts and provided their own means of production and place of work, their work was not essentially irregular or largely fluctuating by supply or demand-driven seasonal variations.

Journées d’étude “Rémunérations et usages du temps des femmes et des hommes dans le textile en Europe pendant l’industrialisation. Sources et méthodes de traitement”

Dans le cadre du programme ANR TIME-US, ces journées d’étude sont coordonnées par:

Anne Montenach, Aix-Marseille Université, TELEMME

Manuela Martini, Université Lyon 2, LARHRA

 

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 

salle Paul-Albert Février

Aix-en-Provence 20-21 octobre 2017

Programme

Jeudi 19 octobre après-midi : séance de travail avec les étudiants de Master (codage)

Vendredi 20 octobre

Matin 9h30h-12h30

Mot d’accueil : Xavier Daumalin, Directeur de l’UMR 7303 TELEMME

Introduction : Manuela Martini (Université Lyon 2-LARHRA)

Peter Scholliers (Vrije Universiteit Brussel), A Gender Wage Gap in Cotton Weaving?  The Voorman Mill in Ghent, c. 1900

(10h15-10h45) Pause-café

Session 1 : modératrice Anne Montenach (Aix-Marseille Université -TELEMME)

Maria Ågren  (University of Uppsala), The Uses and Usefulness of Language Technology to the Gender and Work Project

Eva Pettersson (University of Uppsala), Automatic Extraction of Verb Phrases Describing Work from Early Modern Swedish Text

Ouvre la discussion : Éric de La Clergerie (INRIA-Almanach)

12h30-14h : Déjeuner-buffet à la MMSH

Après-midi 14h-17h30

Session 2 : modérateur Olivier Raveux (TELEMME, CNRS)

Jane Humphries (All Souls College, University of Oxford) et Benjamin Schneider (Merton College, University of Oxford), Spinning the Industrial Revolution

Carmen Sarasúa (Universidad Autonoma de Barcelona), Remuneration and Working Time of  Men and Women Textile Workers in Eighteenth-century Spain: Methodological Problems

(15h30-16h) Pause-café

Sophie McGeevor (The Cambridge Group for the History of Population and Social Structure, University of Cambridge), Imputing Wages for Housework Using the Household Monographs of Frédéric Le Play

Ouvre la discussion : Claire Lemercier (CSO-SciencesPo CNRS, Paris)

Samedi 21 octobre

Matin 9h-13h

Session 3 : modérateur Matthieu de Oliveira (Université de Lille 3-IRHIS)

Amy L. Erickson  (The Cambridge Group for the History of Population and Social Structure, University of Cambridge), Fans and Fanny Burney: Hidden Manufacturing in Eighteenth-century London

Tabitha Baker (University of Warwick), Re-assessing Women’s Work: Evidence from the Professional Embroidery Trade of Eighteenth-century France

(10h30-11h) Pause-café

Malin Nilsson (University of Gothenburg), Seasonal Variation in Time Allocated to Textile Industrial Homework: Evidence from the Swedish Industrialization

Ouvre la discussion : Anaïs Albert (Université Paris Diderot-Paris 7-ICT)

13h : Déjeuner-buffet à la MMSH

Tabitha Baker – Associée au projet TIME-US

 

L’ équipe de recherche de Time-Us est heureuse de collaborer avec Tabitha Baker, doctorante à l’Université de Warwick sous la direction de Giorgio Riello (Université de Warwick) et de Lesley Miller (V&A Museum, London). S’intéressant aux liens entre consommation et production de la broderie au XVIIIème siècle en France, sa thèse en préparation rejoint les thématiques du projet Time-Us.

Sa thèse analyse la relation entre consommation et production professionnelle de broderie pour les vêtements et accessoires de mode en France au XVIIIème siècle (1660-1791), portant une attention particulière aux villes de Paris et de Lyon. La broderie n’était pas simplement une activité de raffinement, mais également un commerce bien établi au XVIIIème siècle, sujet aux variations de la mode. Cette étude socio-économique permettra l’analyse d’un commerce qui ne nécessitait pas d’outils sophistiqués, d’investissements importants, et qui n’était pas influencé par les innovations technologiques au cours du XVIIIème siècle. La recherche sur la production, les compétences et les réseaux de brodeuses au XVIIIème siècle en France permettra une compréhension pertinente des changements techniques de la broderie, du fonctionnement du commerce dans des villes différentes, et de la nature de la clientèle des brodeuses professionnelles. Une analyse minutieuse des modalités de consommation de la broderie au XVIIIème siècle et des effets de cette consommation sur la structure du commerce de la broderie en France contribuera à une meilleure appréhension de la relation entre consommation des élites et commerce du luxe en France au cours de cette période.

Séminaire « Familles et individus en Europe de la première modernité à nos jours »

Coordonné par

Jean-François Chauvard

Manuela Martini

 Archives départementales du Rhône, 

Salle de séminaire,  (34 rue Général Mouton-Duvernet)

Les lundis de 16h30 à 19h

Ce séminaire, proposé parmi les enseignements du Master Études du genre, parcours MATILDA, entend également, dans le cadre des axes « Genre » et « Action publique et mondes urbains » du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, donner plus de visibilité à un champ historiographique peu représenté aujourd’hui, celui de l’histoire de la famille. À la vision traditionnelle de sociétés anciennes dominées par une conception organique de la famille à laquelle l’individu serait subordonné, et par opposition, d’un monde contemporain caractérisé par l’affranchissement de l’individu du carcan familial, ce séminaire voudrait appréhender la question sans a priori en interrogeant également les formes d’autonomie qui existaient autrefois dans les relations familiales et la persistance ou l’existence de contraintes familiales à l’époque contemporaine. Travailler sur l’interaction entre l’individu et le groupe familial est le moyen d’aborder la famille dans une perspective dynamique comme un espace de conflits et de solidarité, d’émancipation et de contraintes, de sentiments et d’obligations, de ressources et de stratégies. C’est la possibilité de réfléchir, dans la longue durée et dans une perspective prenant en compte les rôles genrés des acteurs, au fonctionnement et à l’évolution non linéaire du monde social en se plaçant à l’intersection de plusieurs disciplines (le droit, l’anthropologie, la sociologie).

Ce séminaire sera testé en 2017-18 dans un format qui pourra évoluer par la suite en intégrant d’autres équipes lyonnaises actives dans ce domaine de recherche.

Programme des séances

  • 2 octobre 2017 : Les contraintes matrimoniales : le choix du conjoint. Intervenants: Jean François Chauvard, Manuela Martini. Lecture au choix (articles en ligne) : André Burguière, « Cher cousin : les usages matrimoniaux de la parenté proche dans la France du XVIIIe siècle », Annales ESC, 1997, 52, 6, p. 1339-1360. Ou Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales ESC, 1972, p. 1105-1127.
  • 12 octobre 2017 (jeudi) : Les archives privées (Archives départementales du Rhône)
  • 23 octobre 2017 : Discussion autour du livre de Roberto Bizzocchi, Les Sigisbées. Comment l’Italie inventa le mariage à trois, Paris, Alma Editeur, 2016, en présence de l’auteur.
  • 6 novembre 2017 : Les systèmes de succession (JFC)
  • 27 novembre 2017 : Discussion autour du livre de Gérard Delille, L’économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, Paris, Les Belles Lettres, 2015,  en présence de l’auteur.
  • 22 janvier 2018 : Conflits et tensions familiales. Invité : Didier Lett (Université Paris Diderot-Paris7), « Tensions familiales, possession et travail de la terre dans les Marches au début du XVe siècle »
  • 12 février 2018 : Dépendance et autonomie des femmes.  Invitée : Cristina Borderías (Université de Barcelone),  « Maisonnées, réseaux de femmes et taux d’activité féminin en Catalogne pendant l’industrialisation »
  • 5 mars 2018 : Familles et institutions (Archives départementales du Rhône) 
  • 19 mars 2018 : Migrations et vie privée des familles. Intervenante: Manuela Martini.
  • 9 avril 2018 : Économies familiales et genre. Invités: Anna Bellavitis (Université de Rouen-IUF), « Le travail des femmes dans les ateliers familiaux en Europe à l’époque moderne »; Hervé Joly (Triangle), « Les dynasties des affaires : quand l’entreprise constitue la famille ».

Le journal “L’Atelier”. Enquête sur les ouvriers chapeliers (1841)

Dans le cadre du projet Time-Us, les premiers mois de recherche dans les archives révèlent la rareté de l’expression de la parole des ouvriers sur leurs conditions de travail et de vie, quelques pétitions faisant exception à la règle. La presse ouvrière constitue alors une ressource intéressante pour combler cette quasi-absence : outre des données quantitatives sur le temps de travail, les modalités de rétributions et la somme des salaires, la parole des ouvriers nous permet d’avoir accès à des appréciations qualitatives sur leurs conditions d’existence. Dans le sillage du journal ouvrier lyonnais L’Echos de la Fabrique (1831-1835),  L’Atelier (1840-1850) offre une tribune aux ouvriers, principalement parisiens, pour porter leurs revendications politiques, sociales et économiques ( Cf. Armand Cuvillier, Un journal d’ouvriers. L’Atelier 1840-1850, Les éditions ouvrières, Paris, 1954). Conçu comme un forum de discussion entre travailleurs, le journal lance un appel à tous les ouvriers pour témoigner de leur condition de travail et de vie au sein de l’article « Réforme industrielle. Enquête. » publié en juin 1840. Jusqu’en 1843, L’Atelier publie les témoignages d’ouvriers provenant d’industries et de zones géographiques diverses, dressant ainsi un panorama riche du monde ouvrier en France.

L’enjeu de cette enquête est multiple : il s’agit en premier lieu de démontrer par des données quantitatives l’incapacité matérielles des ouvriers à l’épargne. Considérée comme le fer de lance de l’amélioration des conditions de vie des ouvriers par les membres  libéraux du Conservatoire des Arts et Métiers – à l’instar du baron Charles Dupin – les ouvriers journalistes de L’Atelier donnent à voir par le témoignage de leurs pairs les difficultés de leur quotidien et l’impossibilité à la prévoyance individuelle. En second lieu, les ateliéristes entendent formuler une réponse ouvrière aux enquêtes hygiénistes menées entre autres par les médecins Louis Villermé et Eugène Buret, publiées au cours de l’année 1840 ( Cf. Louis-René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, t. I et II, Paris, J. Renouard & Cie 1840 ; Buret Eugène, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France […], Paris : Paulin, 1840).

L’article publié ci-dessous, intitulé « Enquête. Situation des ouvriers chapeliers » (L’Atelier, n° 1, deuxième année, septembre 1841, p. 6-7), revient sur les conditions salariales de ces derniers, incluant dans son récit le travail des femmes. L’intérêt de cet article sur les ouvriers chapeliers de Paris réside dans la segmentation des informations données sur le nombre d’ouvriers occupés, les salaires, les périodes de chômage selon chaque métier au sein de cette industrie.

ENQUÊTE. Situation des ouvriers chapeliers.

La chapellerie occupe à Paris 2000 ouvriers, divisés en trois corps bien distincts: les fouleurs, les approprieurs et les metteurs en tournures; tous travaillent en fabrique, et sont rétribués aux pièces.

Bien que les ouvriers composant cette partie de l’industrie parisienne ne soient pas aussi malheureux que ceux employés dans bien d’autres parties, ils ne sont pourtant pas (les fouleurs surtout) aussi heureux qu’on ne le croit généralement dans le public.

Nous allons donc exposer, aussi exactement que possible, la position de chacun de ces corps.

Les Fouleurs. – Ils sont au nombre de 700 environ, dont quelques-uns forment, par une cotisation annuelle, une société dite Bourse auxiliaire des Fouleurs-Chapeliers de Paris. Cette société fondée en 1817, avec la permission de l’autorité et l’assentiment des maîtres, a constamment secouru ses membres contre le chômage, si fréquents dans cette partie depuis la fabrication des chapeaux en soie, et contre les maîtres, qui, ne pouvant faire agréer aux sociétaires une diminution dans les prix fixés par eux et les sociétaires, créèrent des ateliers hors barrière, et là, spéculant sur la misère des pauvres pères de famille, qui ne pouvaient supporter de longs chômages, et sur l’isolement de ceux restés en dehors de la société, les firent travailler à des prix bien plus bas que ceux fixés par le tarif. […] Le prix des façons permettait à l’ouvrier fouleur, il y a une dizaine d’années, de gagner un salaire raisonnable: mais cette partie décline chaque jour depuis la fabrication des chapeaux en soie, les maîtres, par un faux calcul, et dans le dessein cependant d’empêcher cette partie de se perdre, se firent deux concurrences terribles: d’abord celle du mieux-faire qui augmente le travail de l’ouvrier sans augmenter son salaire, ensuite celle du meilleur marché, qui força les ouvriers fouleurs, il n’y a pas encore un mois, à réduire ce salaire déjà insuffisant. De sorte que l’ouvrier fouleur gagne en moyenne, et s’il est occupé toute l’année, que 2fr. 25c. à 2fr. 50c. par jour, encore ne sont-ce que les sociétaires; car les dissidents ne peuvent gagner cela, les façons leur étant payées moitié moins. Par exemple la façon d’un chapeau qui se paye 3fr. à Paris, se paye 1fr. 50c. hors barrière. Enfin la position des ouvriers fouleurs, ceux surtout qui travaillent en dehors de la société, et qui par conséquent, n’ont aucune garantie contre le chômage, est tellement misérable, qu’ils ne peuvent souvent pas sortir, faute de chaussures ou des vêtements les plus nécessaires. Beaucoup sont occupés par des ouvriers patentés qui travaillent eux-mêmes pour les autres maîtres, et on sait combien est malheureux l’ouvrier qui a recours à ceux qui font travailler ainsi dans toutes les parties.

Les Approprieurs.– Les approprieurs sont à Paris, au nombre de 1200 environ; 350 d’entre eux forment, comme les fouleurs, par une cotisation de toutes les semaines, une association de secours mutuels sous le nom de Bourse auxiliaire des Approprieurs-Chapeliers de Paris. Fondée en 1820, elle a pour mission, comme celle des fouleurs, de garantir l’ouvrier contre les chômages, et contre les maladies qu’engendre un travail pénible, malsain et irrégulier; car il y a dans cette partie, comme dans toute la chapellerie, sept mois de l’année, au moins, où l’on ne travaille que trois ou quatre jours par semaine, et cinq mois, à peu près, où l’on travaille seize heures par jour. L’approprieur, celui qui travaille toute l’année, gagne en moyenne 3fr. 25c. à 4fr. 25c., notre calcul établi sur différentes maisons et différents ouvriers, plus ou moins actifs. […] Nous faisons remarquer les chômages de cette partie de l’industrie, parce que l’ouvrier chapelier passe généralement, dans le public, pour gagner régulièrement 7 ou 8 francs par jour; erreur, du reste, que les maîtres ont propagé et exploité à leur profit : […]

Les metteurs en tournures. – Il y en a beaucoup dans les maisons de détail, leur spécialité étant de mettre le bord du chapeau en tournure. Ils trouvent de l’ouvrage chez le détaillant comme chez le fabricant; cependant comme la rétribution n’est pas la même, et qu’il serait difficile de donner le chiffre de ceux employé au détail, nous parlerons seulement de ceux employés en fabrique. Ils sont au nombre de 100 à 150 environs, le chiffre varie selon les saisons. Ceux qui y travaillent toute l’année gagnent en moyenne 4fr. à 4fr. 50c. par jour.

Les ouvrières. – La chapellerie occupe, en outre, 500 ouvrières environ, travaillant presque toutes chez elles. Elles sont divisés en quatre corps bien distincts, qui sont: les coupeuses de poil et equarreuses qui ne travaillent qu’aux chapeaux de feutre; les couseuses, qui ne travaillent qu’aux chapeaux de soie, et les garnisseuses, qui travaillent aux feutres et aux soies. Elles sont toutes rétribuées aux pièces. Les coupeuses et les équarreuses gagnent en moyenne 1fr. 25c. à 1fr. 50c.; les couseuses de 1fr. à 1fr. 25c., et les garnisseuses de 1fr. 25c. à 1fr. 50c. Les ouvrières travaillant à la chapellerie sont assujetties aux mêmes chômages que les hommes, et elles ont, de plus, que dans la saison où elles pourraient bien travailler, il faut qu’elles perdent un temps précieux que nécessite le report de leur ouvrage, et cela trois ou quatre fois par jour. […]

Dans cette enquête comme dans toutes celles données précédemment, nous n’avons considéré que la position des ouvriers qui sont occupés à Paris; nous reviendrons sur ce sujet, et nous parlerons de toute la chapellerie en France.”

 

Grève des tisseurs lyonnais et revendications salariales (1894-1895)

Ces documents, extraits des archives départementales du Rhône (9M5), font partie d’un ensemble important de rapports de police adressés au préfet, relatant les réunions des ouvriers en grève de l’industrie textile lyonnaise durant l’hiver 1894-1895. Les revendications ouvrières portent sur un relèvement de leurs rémunérations selon les tarifs fixés en 1885.  Ces rapports de police sont riches à plusieurs titres. Ils nous permettent en premier lieu d’obtenir des informations précises sur les salaires et la durée de travail des ouvriers et des ouvrières de la grande Frabrique, selon les maisons qui les emploient. Ils permettent en outre de rendre compte de l’introduction d’une logique collective dans la fixation des salaires ouvriers. A Lyon, parmi les canuts, la mise à l’index de certaines entreprises est une pratique défensive: on interdit de travailler pour une maison qui n’applique pas le tarif ou d’autres conventions préalablement adoptées (Perrot, 1974). Dans cette dynamique, on demande de pratiquer des salaires équivalents d’une maison à l’autre. La liberté des marchants-fabricants est alors entravée par la vigilance des ouvriers eux-même à l’égard des maisons d’un même territoire (Gilles, 1988).

 

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Destiné au Préfet du Rhône, ce rapport de police fait le compte rendu d’une réunion tenue le 20 novembre 1894, à la Croix-Rousse, rue d’Austerlitz, au siège du Syndicat ouvrier des tisseurs et similaires. L’extrait de ce rapport rend compte du salaire moyen des tisseurs dans l’industrie textile lyonnaise (de 1,50 à 2, 50 francs par jour), et d’une pondération de ces chiffres au regard des périodes de chômage qui entraînent une baisse de la moyenne de ce salaire journalier (1,25 à 1,75 francs par jour).

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Il s’agit d’un second extrait de ce même rapport de police datant du 22 novembre 1894. Après avoir identifié les maisons qui pratiquent les salaires les plus bas, l’assemblée des ouvriers met à l’index quatre maisons de fabrique. Les maisons Atuyer (place Tolozan), Schulz (rue du Griffon), Béraud (place Tolozan) et Tresca frères (rue du Griffon). Ces mises à l’index sont par la suite rendues publiques par le biais d’affiches diffusées dans les arrondissements concernés.

L’affiche ci-dessous, rend compte de la fin de la mise à l’index de plusieurs maisons lyonnaises au début du mois de décembre 1894, suite au relèvement des salaires des tisseurs.

Relèvement des salaires – affiche, Archives départementales du Rhône, 9M5, 1894.

 

Compte rendu journées d’étude (27-28 mars 2017)

“Travail des femmes, rémunérations et budgets familiaux dans le textile pendant la première industrialisation en France et dans l’Europe méditerranéenne.”

Journées d’étude – Projet Time-Us

27-28 mars 2017 – ISH, Lyon 7ème

 

Ces deux journées d’étude organisées les 27 et 28 mars 2017 à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon ont permis de présenter les enjeux centraux des recherches dans le cadre du projet  Time-Us porté par l’ANR, de discuter des principales archives à mobiliser, et des difficultés rencontrées ou à contourner. Ces journées d’étude ont rassemblé des historiens, des économistes et des sociologues européens, permettant d’échanger sur les différentes méthodologies mobilisées pour étudier la rémunération des ouvriers et les budgets familiaux dans une perspective genrée.

Manuela Martini – LARHRA, Université Lyon 2, projet TIME-US –  « Usage du temps et rémunération des femmes et des hommes pendant la première industrialisation. Notions et perspectives empiriques ».

Manuela Martini a présenté les objectifs et les premières hypothèses de recherche du programme TIME-US, financé par l’ANR. L’enjeu du programme de recherche est d’étudier, sur le temps long (fin XVIIème – début XXème siècle), dans quatre centres productifs urbains moteurs de l’industrialisation (Lille, Paris, Lyon et Marseille), les mutations du travail et la répartition du temps et des tâches au sein des ménages des travailleurs du textile à des époques où la législation sociale est absente ou à peine appliquée. Il s’agit donc d’étudier un travail rémunéré et une activité informelle au sein de la sphère privée non rétribuée pour saisir également les relations entre hommes et femmes, la répartition du temps de chacun entre la fabrique et l’espace domestique. La présentation de Manuela Martini questionne les sources pertinentes pour porter ce programme de recherche. Elles sont multiples et varient selon les époques et les villes prises en compte. Les registres comptables, les recensements et les enquêtes, les sources judiciaires, les monographies familiales, les sources corporatives, syndicales et les mémoires d’ouvriers sont autant de pistes pour saisir l’usage du temps et les budgets des familles ouvrières dans l’industrie textile.

Christina Borderias – Université de Barcelone – « Barcelona textile workers’ wages and time allocation budgets. Quantitative et qualitative sources, data and methods ».

Dans le but d’évaluer les possibilités de mener une étude historique comparative entre différents pays, Christina Borderias a présenté une synthèse des sources et des données qualitatives et quantitatives existantes et relatives aux rémunérations et au temps de travail des ouvriers de l’industrie du coton à Barcelone au XIXème et au début du XXème siècle. Barcelone est un choix significatif dans le cadre de cette analyse: au cours du XIXème siècle, elle devient une des villes les plus importantes en Europe en terme de production textile, spécialisée dans le tissage de l’indienne. Les archives d’entreprises, les journaux ouvriers, les comptes rendus des réformes sociales, les enquêtes ouvrières sur le temps de travail, les budgets ouvriers, la presse, les sources judiciaires – entre autres – ont été mobilisé pour reconstituer le temps et les budgets des ouvriers dans l’industrie de coton. A travers ces sources, Christina Borderias a analysé par ailleurs les incidences des mutations du travail dans l’industrie de coton sur les différences de salaires et de temps de travail des hommes et des femmes.

Luisa Muñoz Abeledo – Université de Santiago de Compostela – « Constructing household budget in modern Spain: an approach on sources and methodology ». 

L’intervention de Luisa Muñoz Abeledo comprenait un double objectif: dans une perspective méthodologique, il s’agissait en premier lieu de présenter l’historiographie espagnole abordant la question des niveaux de vie de la classe ouvrière. En second lieu, Luisa Muñoz Abeledo a analysé les deux principales sources pour étudier les budgets familiaux en Espagne durant la seconde moitié du XIXème siècles que sont les enquêtes de Le Play et de Cerdà. Ces deux oeuvres ne nous renseignent pas exclusivement sur les revenus et les dépenses des familles ouvrières, elles constituent également deux modèles théoriques d’économie des ménages, de relations hommes-femmes et de reproduction sociale. Luisa Muñoz Abeledo a enfin proposé une étude d’une des sources les plus riches sur la constitution des revenus des familles en Espagne, à savoir les registres municipaux (Padrón Municipal) de 1924. Bien qu’incomplets, ils permettent de comprendre la rémunération des différents membres des familles. Leur analyse autorisent une estimation provisoire de l’évolution de la contribution des hommes, des femmes et des enfants de la moitié du XIXème siècle au début du XXème siècle.

Giovanni Vecchi – Université de Roma Tor Vergata, Responsable du projet HBB – « The Historical Household Budgets (HHB) – Tools for the time-travelling welfare analyst ».

Giovanni Vecchi a présenté le projet Historical Household Budgets qui vise à la réécriture de l’histoire des inégalités et de la pauvreté dans une perspective internationale de 1815 à aujourd’hui. Les analyses existantes s’appuient sur un ensemble restreint de preuves: elles prennent en compte un petit nombre de pays, de faibles indicateurs, elles sont réalisées sur une échelle de temps relativement brève et ne permettent pas d’être comparées à d’autres sources et à d’autres pays. L’enjeu du projet HBB est de fournir des bases plus solides aux études à caractère historique sur les inégalités et la pauvreté. Outre la richesse des sources sur les budgets familiaux, les techniques statistiques ont été développées pour traiter les problèmes de taille, d’insuffisance et de non-représentativité des échantillons. HBB réalise une base de données des budgets des familles qui permettront de produire des estimations précises, comparables et multidimensionnelles des niveaux de vie dans de nombreux pays.

Sédi-Anne Boukaka – Chargée de recherche, projet HBB – « New data, old taxonomies. Harmonizing historical household budget data ».

Sedi-Anne Boukaka a présenté un des grands enjeux du Historical Household Budgets. L’harmonisation doit permettre de faire des comparaisons selon la zone géographique et l’époque pour comprendre l’évolution de la pauvreté dans le temps et l’espace. L’harmonisation doit donc rendre des données différentes compatibles entre elles par le biais de la taxonomie des classes sociales à travers l’histoire et une classification de la consommation individuelle prenant en compte la santé, l’éducation, l’alimentation, ou encore l’équipement de la maison.

Pierre Blavier – Ecole d’économie de Paris – « Un couple espagnol dans la récession de 2008: composition et évolution des revenus alternatifs ».

L’intervention de Pierre Blavier avait pour but de montrer l’apport de la prise en compte de revenus « alternatifs », c’est-à-dire en l’occurence non salariaux, pour comprendre l’économie domestique des ménages. Son étude s’inspire fortement de l’approche ethnocomptable développée par le collectif formé autour d’Alain Cottereau. L’idée était de réfléchir à comment on peut décrire ces sources de revenus, les évaluations dont elles font l’objet et leurs articulations. Pour cela, Pierre Blavier s’est appuyé sur le cas empirique contemporain de la récession de 2008 en Espagne et en particulier celui d’un couple de chômeurs confronté à des difficultés économiques. Après avoir situé leur famille et leurs parcours de vie, Pierre Blavier a présenté trois sources de revenus palliant a minima la perte de leurs salaires respectifs et l’épuisement progressif des allocations chômage: les « petits boulots » du mari, les produits artisanaux de sa femme, et l’aide familiale. Ceci a permis de montrer comment ces trois canaux, assez peu visibles du point de vue institutionnel, permettent de « joindre les deux bouts ».

Giulia Mancini – Université de Roma Tor Vergata, département d’économie – « Women in Economic History – Measuring gaps using household budget data ».

La richesse des informations trouvées sur les budgets des ménages peut être utile pour étudier sur le long terme le niveau de vie des femmes et l’inégalité entre les sexes. La présentation de Giulia Mancini a dressé le tableau des possibilités de recherche sur ces questions, soulignant les utilisations potentielles des budgets des ménages, notamment quant à l’évolution des conditions de vie des femmes, en particulier dans le cas italien. L’enjeu de ses recherches est également de rendre compte, au niveau micro des inégalités entre les sexes, notamment à travers l’usage du temps.

 

Stéphane Baciocchi – EHESS, projet Time-Us – Alain Cottereau – EHESS, projet Time -Us – Anne Lhuissier – INRA, projet Time-Us – « L’économie familiale des textiles. Textile, habillement et productivité du travail dans les monographies de familles des Ouvriers des deux mondes, 1857-1928 ». 

Stéphane Baciocchi, Alain Cottereau et Anne Lhuissier ont présenté le programme de travail (2017-2019) portant sur les enquêtes économiques de terrain rassemblés dans la série des Ouvriers des deux mondes. Leur intervention a débuté par une présentation rapide des 128 monographies de famille entreprises à la suite de la publication de l’Atlas des Ouvriers Européens (1855), insistant sur la chronologie de ce corpus et sur ses discontinuités. Cette présentation a été l’occasion d’un premier repérage des monographies dont les budgets permettent d’appréhender au plus près ce qu’il ont qualifié d’économie familiale des textiles, à savoir l’ensemble des activités productives de fabrication, de transformation ou d’entretien des textiles, qu’elles soient à destination des circuits marchands ou domestiques. Dans un second temps, S. Baciocchi, A. Cottereau et A. Lhuissier ont introduit à différentes dimensions de la productivité du travail à partir de l’analyse de la monographie du Tisseur en châles de la fabrique urbaine collective de Paris (1857). La notion de productivité du travail développée a été prise en un sens anthropologique, très différent du sens économique classique: elle est rapportée aux évaluations effectives des acteurs, efficacité de l’organisation et des coordinations entre espaces de travail, bien-être, ergonomie, habiletés conjointes et qualité du produit. L’analyse des connexions temps – activités très précisément décrites dans le budget de cette famille a permis de mettre en évidence la combinaison des échelles productives, de l’atelier jusqu’à la “fabrique collective”.

Gilles Postel-Vinay – PSE, Ecole d’Economie de Paris – « A propos de l’incomplétude du salaire, XVIIIème-XXème siècle ».

Gille Postel Vinay a présenté ses recherches sur les salaires et les budgets familiaux. Son intervention a rendu compte de l’inconstance des salaires ouvriers, selon le genre et l’âge des travailleurs.  L’auteur a mis en avant les différences des trajectoires professionnelles entre hommes et femmes au cours de leur vie. Si les femmes connaissent des carrières en « U » – elles commencent à travailler dès l’enfance, s’arrêtent pendant la maternité puis reprennent par la suite une activité professionnelle – celles des hommes empruntent une dynamique inverse. Sur un temps plus court, analysant une année de travail, force est de constater les périodes plus ou moins brèves de chômage qui sont parfois compensées financièrement par des bureaux de bienfaisance, organisés par les communes. Ces périodes de carences d’activité peuvent être également compensées par une solidarité familiale. Le XIXème siècle est par ailleurs marqué par une baisse de l’épargne constante des ouvriers de l’industrie textile – baisse révélée par une recherche sur l’héritage au sein des familles de salariés – démontrant le caractère bancal des ressources des ouvriers pendant la première industrialisation.

Audrey Millet, Institut Universitaire Européen Fiesole, Projet Time-Us, « La chaîne et la trame des rémunérations. Les métiers féminins dans le Minutier Central parisien (XVIIIe-XIXe siècle) ».

La présentation d’Audrey Millet a montré les possibilités du Minutier Central parisien afin de d’étudier les rémunérations féminines dans deux secteurs, la fabrication d’accessoires de mode, et la confection des vêtements durant la première industrialisation. Les actes de notaires sont des archives bien connues des chercheurs et la première industrialisation semble un bon observatoire des changements en cours. Paris s’impose alors comme la capitale de la mode, la révolution politique est en marche et la consommation en plein essor entrainent des modifications dans les matières de travail, notamment chez les faiseurs de mode. Audrey Millet a proposé une analyse quantitative à partir des professions que pourraient occuper les femmes. Dans une première partie, elle a analysé le corpus défini. Les résultats permettent d’interroger le type d’actes à dépouiller. L’auteur a mis en avant l’invisibilité des femmes (leur activité économique se fond souvent dans celle des hommes) pour finalement se poser la question de la place des femmes au travail et les sources complémentaires à utiliser pour la saisir (baux de boutiques, faillite, actes de décès, enregistrement des industrie).

Matthieu de Oliveira – IRHIS, Université Lille 3, Projet Time-Us – « Ressources archivistiques privées et publiques sur les salaires textiles. L’exemple du Nord ». 

Au cours de son intervention, Matthieu de Oliveira a posé les jalons des recherches à mener sur les problématiques de l’ANR Time-US dans le Nord. Les fonds d’archive du Nord révèlent une richesse et une densité de documents relatives à la question du travail dans les industries textiles. Cette richesse est le reflet de la multiplicité de l’organisation des espaces productifs, de la diversité des matériaux textiles travaillés (coton, laine, lin, chanvre), de la variété des localités où s’ancrent la production (rurales et urbaines) laissant entrevoir plusieurs réalités des conditions de travail des ouvriers dans l’industrie textile du Nord. Ce dynamisme productif détermine la densité des institutions de commerce (tribunaux et chambres de commerce) et d’industrie (les conseils prud’homaux) qui contiennent des informations cruciales sur l’évolution des conditions de travail des ouvriers du textile. L’ancrage de l’industrie dans la région suscite par ailleurs l’intérêt des pouvoirs publics qui s’intéressent dès le XIXème siècle à la question des salaires (Cf. les bureaux des statistiques industrielles). Cet intérêt se renforce en 1848 par la réalisation d’enquêtes menées par l’Etat au cours desquelles trente métiers de l’industrie textile sont recensées permettant d’en connaître les salaires minimum afférent pour les hommes et parfois pour les femmes. Enfin, les sources judiciaires (Cf. justice de paix) constituent des sources importantes pour comprendre le temps de travail et la rémunération des ouvriers du textile. Cet ensemble de possibilités d’exploitation archivistique permet par ailleurs d’établir des comparaisons pour mettre en avant les disparités de salaires entre les différentes localités du Nord.

Kamila Adja – Université Paris Diderot-Projet Time-Us –  « Des ouvrières en linge entre le XVIIIe et le XIXe siècle et de leurs conditions de vie et revenus».

Kamila Adja a présenté ses recherches sur le travail des lingères au XVIIIème-XIXème siècle. Son intervention englobe une analyse aussi bien des structure des métiers que des conditions d’existence  des ouvrières en linge dans leur sphère privée. Kamila Adja a mis en lumière les réalités très différentes du métier: au XVIIIème siècle, s’il existe une corporation de lingères, la majorité des femmes de ce secteur sont des travailleuses libres, ayant des conditions de revenus et de travail très disparates. Pour le XIXème siècle, la monographie leplaysienne (1858) sur les lingères, outre des informations sur leurs revenus, révèlent les structures familiales de ces travailleuses (importance des familles monoparentales) et les solidarités économiques à l’intérieur des familles, quantifiées par les auteurs des enquêtes.

Anne Montenach – TELEMME, Université d’Aix – Marseille, projet Time-US – « Travail et rémunérations des femmes dans le textile d’après des sources lyonnaises (fin XVIIème-XVIIIème siècle) ».

A Lyon, à la fin du XVIIIème siècle, les femmes constituaient la principale force de travail. La Grande Fabrique employaient jusqu’à 35 000 travailleurs en 1788 et s’appuyait fortement sur la main d’oeuvre féminine. Comme le note D. Hafter, « toutes nos statistiques sur l’emploi au XVIIIème siècle à Lyon sont faussées par des connaissances laconiques sur la production et les salaires des femmes » (Hafter, 1995: 46). Cependant, les archives des marchands et les inventaires post-mortem ont permis d’identifier les formes d’autonomisation dans les métiers où les travailleurs ont été rémunérés à la pièce: les tisseurs travaillaient de manière indépendante avec l’aide de plusieurs travailleuses. Ils étaient  payés à la pièce, plutôt qu’à l’année et négociaient directement avec les marchands fabricants (Budin, 2007). Néanmoins, il reste un travail important à réaliser pour reconstituer les caractéristiques genrées des salaires et des systèmes de rémunération au début de la production textile en France. Dans cette perspective, l’intervention d’Anne Montenach s’est concentrée sur des sources riches mais encore peu exploitées que sont les archives de la guilde de Lyon sur les infractions qui permettent une lecture des conflits autour des salaires. Ces 53 volumes produits entre 1667 et 1771 illustrent la grande complexité et la diversité des systèmes de rémunération et leur évolution au cours du long XVIIIème siècle. Ils donnent à voir, par exemple, la coexistence d’une rémunération à la pièce et au temps pour une même métier, tel que la broderie. Dans le but d’approfondir les connaissances de cette économie « du face à face », intégrée dans des normes sociales genrées, et pour mettre en lumière cette asymétrie entérinée par les systèmes de rémunération, une attention particulière sera accordée à la nature du travail, à l’impact de la négociation sur la formation des salaires et au pouvoir que les ouvriers et ouvrières ont pu – ou non – développé au sein du marché du travail.

Discussions:

Ces deux journées journées se sont conclues par des discussions permettant de définir davantage les enjeux, les possibilités et les limites du projet Time-Us.

  • La perspective comparative entre différents bassins industriels, sur un temps long (XVIIème-début XXème siècle), pourrait entrainer des difficultés, considérant l’hétérogénéité des époques et les évolutions des métiers au cours des périodes choisies, la mutation des activités industrielles… impliquant ainsi des incidences sur la division du travail entre hommes et femmes.
  • La perspective comparative du projet, comprenant plusieurs villes françaises, a soulevé une autre question liée à l’usage du vocabulaire pour qualifier les métiers. Quel langage commun peut-on établir considérant les divergences de dénomination des activités professionnelles selon les régions? Un des moyens avancé pour pallier cette difficulté serait de décrire les métiers, plutôt que de les nommer.

Présentation de l’équipe TIME-US

Pluridisciplinaire, l’équipe de recherche du programme TIME-US financé par l’ANR rassemble des historiens des techniques, de l’économie et du travail, des spécialistes du traitement automatique des langues et des sociologues spécialistes des budgets familiaux.

Répartie entre Paris, Lille, Marseille et Lyon, l’équipe de TIME-US est constituée de plusieurs unités de recherche:

  • Centre Maurice Halbwachs-EHESS, Paris.
  • ICT : Identité, Culture et Territoire, EA 337, Paris
  • ALMAnaCH : Automatic Language Modelling and Analysis & Computational Humanities,  Inria, Paris.
  • IRHIS : Institut de Recherches Historiques du Septentrion, UMR 8529, Lille.
  • TELEMMe : Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, UMR 7303, Aix-Marseille.
  • LARHRA : Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, UMR 5192, Lyon.

Manuela Martini

Manuela Martini est la coordinatrice du programme de recherche TIME-US. Professeure d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2, rattachée au laboratoire LARHRA, ses travaux de recherche portent sur la rémunération et le temps de travail des hommes et des femmes au cours de la première industrialisation en France et en Europe. Manuela Martini s’intéresse également aux migrations du travail dans l’espace atlantique (XIXème-XXème siècle) et aux économies familiales dans l’Europe méditerranéenne (XVIIIème-XXème siècle).

Liliane Pérez

Membre du laboratoire ICT, Liliane Pérez est professeure d’histoire moderne à l’Université Paris-Diderot. Ses recherches portent sur l’histoire des savoirs techniques et sur l’histoire des marchés et des entreprises dans l’Europe moderne.

Benoît Sagot

Chercheur en traitement automatique des langues à l’Inria, membre de l’équipe Inria ALMAnaCH, Benoît Sagot développe des ressources lexicales (morphologiques, syntaxiques, sémantiques) pour le français et pour d’autres langues.

Eric de la Clergerie

Eric de la Clergerie est chercheur au sein de l’équipe Inria ALMAnaCH. Ses travaux traitent de l’utilisation de technique de tabulation en linguistique.

Benoît Crabé

Benoît Crabé est maître de conférence à l’Université Paris Diderot. Il enseigne au sein du département de linguistique. Ses recherches portent sur la linguistique informatique et la compréhension automatique du langage avec un intérêt particulier pour l’analyse syntaxique du français et des langues apparentées.

Anne Montenach

Coordinatrice du projet TIME-US au sein du laboratoire TELEMME, Anne Montenach est professeure en histoire moderne. Ses recherches et ses travaux traitent de l’histoire urbaine et économique. Elle s’est également intéressée à l’histoire de la montagne et des sociétés de montagne dans les Alpes du Sud, avec une attention particulière portée aux économies de frontière.

Xavier Daumalin

Professeur en histoire contemporaine, Xavier Daumalin est directeur du laboratoire TELEMME. Ses champs de recherche couvrent l’histoire économique de la France méridionale (XIXème-XXème siècle), le capitalisme familiale, le paternalisme et l’histoire de la main d’œuvre ouvrière immigrée.

Olivier Raveux

Olivier Raveux est chargé de recherche CNRS, habilité à diriger des recherches, au sein du laboratoire TELEMME. Ses champs de recherche couvrent le commerce eurasiatique au XVIIème siècle, les transferts de technologie en Méditerranée (XVIIème-XXème siècle) et l’industrie méditerranéenne (logiques spatiales et impacts territoriaux, XVIIème-XXème siècle).

Anne Lhuissier

Chargée de recherche INRA, Anne Lhuissier est sociologue, spécialiste des pratiques d’alimentation en milieu populaire (fin XIXème siècle-XXème siècle).  Son travail porte sur la sociologie et l’histoire des enquêtes alimentaires, des normes et des recommandations nutritionnelles.  Anne Lhuissier est la coordinatrice du projet Time-Us au sein de l’équipe de recherche INRA-SOLAL.

Stéphane Baciocchi

Ingénieur d’études (méthode des sciences sociales) à l’EHESS, Stéphane Baciocchi mène des recherches sur la sociologie des alarmes de l’été 1789 (“Grand’Peur”) et sur l’histoire des sciences  sociales  (F. Le Play, E. Durkheim, R. Hertz).

Alain Cottereau

Alain Cottereau est directeur d’études à l’EHESS. Ses thématiques de recherche englobent la citoyenneté, la vie au travail au XIXème siècle (histoire des prud’hommes), l’histoire économique, l’anthropologie juridique et l’anthropologie de l’évaluation contemporaine (ethnocomptabilité).

Anaïs Albert

Anaïs Albert est maîtresse de conférence à l’Université Paris Diderot et membre du laboratoire ICT. Ses recherches se déclinent sur plusieurs axes: histoire de la consommation dans les classes populaires, histoire des femmes et du genre, et histoire urbaine de la fin XIXème au premier XXème siècle.

Marie Puren

Ingénieure de recherche au sein d’Inria, Marie Puren a soutenu une thèse à l’Ecole nationale des chartes, intitulée “Jean de la Hire. Biographie intellectuelle et politique (1878-1956)”. Spécialiste de l’histoire intellectuelle au XXème siècle, les recherches de Marie Puren s’intègrent par ailleurs dans le champ des humanités numériques.

Matthieu De Oliveira

Membre de l’IRHIS, Matthieu De Oliveira est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lille 3. Il coordonne le programme  Time-Us pour les recherches menées dans l’industrie textile lilloise.  Ses recherches portent sur l’insertion des enrichis révolutionnaires dans la société française du XIXème siècle, sur les réseaux des négociants français et européens de la fin XVIIIème siècle au milieu du XIXème siècle, et sur l’organisation et le fonctionnement des administrations financières au XIXème siècle.

Audrey Millet

Chercheuse post-doctorale à l’Institut Universitaire Européen de Florence, Audrey Millet a réalisé une thèse en histoire moderne, intitulée “Les dessinateurs de fabrique en France (XVIIIème-XIXème siècles)”. Ses recherches portent en particulier sur l’histoire des techniques, des arts, et de la formation durant la première industrialisation.

Stéphane Kronenberger

Chercheur au sein du laboratoire TELEMME et post-doctorant dans le cadre de programme Time-Us, Stéphane Kronenberger est l’auteur d’une thèse en histoire contemporaine intitulée « Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’Est et du Sud-Est de la France (1871-1918) ». Ses travaux portent notamment sur l’histoire des migrations et l’histoire économique et sociale de la Franche-Comté et du bassin méditerranéen aux XIXe et XXe siècles.

Marie Lauricella

Ingénieure de recherche en post-doctorat au sein de l’équipe Time-US, Marie Lauricella a soutenu une thèse en histoire et en économie intitulée “Une République d’associés. Histoire et analyse de la doctrine buchézienne (1825-1863)”. Ses travaux portent sur les liens entre républicanisme et économie sociale, ainsi que sur l’organisation du travail ouvrier (premier XIXème siècle).

Alix Chagué

Alix ChaguéIngénieure de recherche au sein de l’équipe Inria ALMAnaCH, Alix Chagué est spécialiste des humanités numériques et travaille sur les méthodes d’extractions automatique de texte à partir des documents manuscrits.

Travail, rémunération, textile et foyer (XVIIe-XXe siècle)