Grève des tisseurs lyonnais et revendications salariales (1894-1895)

Ces documents, extraits des archives départementales du Rhône (9M5), font partie d’un ensemble important de rapports de police adressés au préfet, relatant les réunions des ouvriers en grève de l’industrie textile lyonnaise durant l’hiver 1894-1895. Les revendications ouvrières portent sur un relèvement de leurs rémunérations selon les tarifs fixés en 1885.  Ces rapports de police sont riches à plusieurs titres. Ils nous permettent en premier lieu d’obtenir des informations précises sur les salaires et la durée de travail des ouvriers et des ouvrières de la grande Frabrique, selon les maisons qui les emploient. Ils permettent en outre de rendre compte de l’introduction d’une logique collective dans la fixation des salaires ouvriers. A Lyon, parmi les canuts, la mise à l’index de certaines entreprises est une pratique défensive: on interdit de travailler pour une maison qui n’applique pas le tarif ou d’autres conventions préalablement adoptées (Perrot, 1974). Dans cette dynamique, on demande de pratiquer des salaires équivalents d’une maison à l’autre. La liberté des marchants-fabricants est alors entravée par la vigilance des ouvriers eux-même à l’égard des maisons d’un même territoire (Gilles, 1988).

 

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Destiné au Préfet du Rhône, ce rapport de police fait le compte rendu d’une réunion tenue le 20 novembre 1894, à la Croix-Rousse, rue d’Austerlitz, au siège du Syndicat ouvrier des tisseurs et similaires. L’extrait de ce rapport rend compte du salaire moyen des tisseurs dans l’industrie textile lyonnaise (de 1,50 à 2, 50 francs par jour), et d’une pondération de ces chiffres au regard des périodes de chômage qui entraînent une baisse de la moyenne de ce salaire journalier (1,25 à 1,75 francs par jour).

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Il s’agit d’un second extrait de ce même rapport de police datant du 22 novembre 1894. Après avoir identifié les maisons qui pratiquent les salaires les plus bas, l’assemblée des ouvriers met à l’index quatre maisons de fabrique. Les maisons Atuyer (place Tolozan), Schulz (rue du Griffon), Béraud (place Tolozan) et Tresca frères (rue du Griffon). Ces mises à l’index sont par la suite rendues publiques par le biais d’affiches diffusées dans les arrondissements concernés.

L’affiche ci-dessous, rend compte de la fin de la mise à l’index de plusieurs maisons lyonnaises au début du mois de décembre 1894, suite au relèvement des salaires des tisseurs.

Relèvement des salaires – affiche, Archives départementales du Rhône, 9M5, 1894.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.