Compte rendu journées d’étude (27-28 mars 2017)

« Travail des femmes, rémunérations et budgets familiaux dans le textile pendant la première industrialisation en France et dans l’Europe méditerranéenne. »

Journées d’étude – Projet Time-Us

27-28 mars 2017 – ISH, Lyon 7ème

 

Ces deux journées d’étude organisées les 27 et 28 mars 2017 à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon ont permis de présenter les enjeux centraux des recherches dans le cadre du projet  Time-Us porté par l’ANR, de discuter des principales archives à mobiliser, et des difficultés rencontrées ou à contourner. Ces journées d’étude ont rassemblé des historiens, des économistes et des sociologues européens, permettant d’échanger sur les différentes méthodologies mobilisées pour étudier la rémunération des ouvriers et les budgets familiaux dans une perspective genrée.

Manuela Martini – LARHRA, Université Lyon 2, projet TIME-US –  « Usage du temps et rémunération des femmes et des hommes pendant la première industrialisation. Notions et perspectives empiriques ».

Manuela Martini a présenté les objectifs et les premières hypothèses de recherche du programme TIME-US, financé par l’ANR. L’enjeu du programme de recherche est d’étudier, sur le temps long (fin XVIIème – début XXème siècle), dans quatre centres productifs urbains moteurs de l’industrialisation (Lille, Paris, Lyon et Marseille), les mutations du travail et la répartition du temps et des tâches au sein des ménages des travailleurs du textile à des époques où la législation sociale est absente ou à peine appliquée. Il s’agit donc d’étudier un travail rémunéré et une activité informelle au sein de la sphère privée non rétribuée pour saisir également les relations entre hommes et femmes, la répartition du temps de chacun entre la fabrique et l’espace domestique. La présentation de Manuela Martini questionne les sources pertinentes pour porter ce programme de recherche. Elles sont multiples et varient selon les époques et les villes prises en compte. Les registres comptables, les recensements et les enquêtes, les sources judiciaires, les monographies familiales, les sources corporatives, syndicales et les mémoires d’ouvriers sont autant de pistes pour saisir l’usage du temps et les budgets des familles ouvrières dans l’industrie textile.

Christina Borderias – Université de Barcelone – « Barcelona textile workers’ wages and time allocation budgets. Quantitative et qualitative sources, data and methods ».

Dans le but d’évaluer les possibilités de mener une étude historique comparative entre différents pays, Christina Borderias a présenté une synthèse des sources et des données qualitatives et quantitatives existantes et relatives aux rémunérations et au temps de travail des ouvriers de l’industrie du coton à Barcelone au XIXème et au début du XXème siècle. Barcelone est un choix significatif dans le cadre de cette analyse: au cours du XIXème siècle, elle devient une des villes les plus importantes en Europe en terme de production textile, spécialisée dans le tissage de l’indienne. Les archives d’entreprises, les journaux ouvriers, les comptes rendus des réformes sociales, les enquêtes ouvrières sur le temps de travail, les budgets ouvriers, la presse, les sources judiciaires – entre autres – ont été mobilisé pour reconstituer le temps et les budgets des ouvriers dans l’industrie de coton. A travers ces sources, Christina Borderias a analysé par ailleurs les incidences des mutations du travail dans l’industrie de coton sur les différences de salaires et de temps de travail des hommes et des femmes.

Luisa Muñoz Abeledo – Université de Santiago de Compostela – « Constructing household budget in modern Spain: an approach on sources and methodology ». 

L’intervention de Luisa Muñoz Abeledo comprenait un double objectif: dans une perspective méthodologique, il s’agissait en premier lieu de présenter l’historiographie espagnole abordant la question des niveaux de vie de la classe ouvrière. En second lieu, Luisa Muñoz Abeledo a analysé les deux principales sources pour étudier les budgets familiaux en Espagne durant la seconde moitié du XIXème siècles que sont les enquêtes de Le Play et de Cerdà. Ces deux oeuvres ne nous renseignent pas exclusivement sur les revenus et les dépenses des familles ouvrières, elles constituent également deux modèles théoriques d’économie des ménages, de relations hommes-femmes et de reproduction sociale. Luisa Muñoz Abeledo a enfin proposé une étude d’une des sources les plus riches sur la constitution des revenus des familles en Espagne, à savoir les registres municipaux (Padrón Municipal) de 1924. Bien qu’incomplets, ils permettent de comprendre la rémunération des différents membres des familles. Leur analyse autorisent une estimation provisoire de l’évolution de la contribution des hommes, des femmes et des enfants de la moitié du XIXème siècle au début du XXème siècle.

Giovanni Vecchi – Université de Roma Tor Vergata, Responsable du projet HBB – « The Historical Household Budgets (HHB) – Tools for the time-travelling welfare analyst ».

Giovanni Vecchi a présenté le projet Historical Household Budgets qui vise à la réécriture de l’histoire des inégalités et de la pauvreté dans une perspective internationale de 1815 à aujourd’hui. Les analyses existantes s’appuient sur un ensemble restreint de preuves: elles prennent en compte un petit nombre de pays, de faibles indicateurs, elles sont réalisées sur une échelle de temps relativement brève et ne permettent pas d’être comparées à d’autres sources et à d’autres pays. L’enjeu du projet HBB est de fournir des bases plus solides aux études à caractère historique sur les inégalités et la pauvreté. Outre la richesse des sources sur les budgets familiaux, les techniques statistiques ont été développées pour traiter les problèmes de taille, d’insuffisance et de non-représentativité des échantillons. HBB réalise une base de données des budgets des familles qui permettront de produire des estimations précises, comparables et multidimensionnelles des niveaux de vie dans de nombreux pays.

Sédi-Anne Boukaka – Chargée de recherche, projet HBB – « New data, old taxonomies. Harmonizing historical household budget data ».

Sedi-Anne Boukaka a présenté un des grands enjeux du Historical Household Budgets. L’harmonisation doit permettre de faire des comparaisons selon la zone géographique et l’époque pour comprendre l’évolution de la pauvreté dans le temps et l’espace. L’harmonisation doit donc rendre des données différentes compatibles entre elles par le biais de la taxonomie des classes sociales à travers l’histoire et une classification de la consommation individuelle prenant en compte la santé, l’éducation, l’alimentation, ou encore l’équipement de la maison.

Pierre Blavier – Ecole d’économie de Paris – « Un couple espagnol dans la récession de 2008: composition et évolution des revenus alternatifs ».

L’intervention de Pierre Blavier avait pour but de montrer l’apport de la prise en compte de revenus « alternatifs », c’est-à-dire en l’occurence non salariaux, pour comprendre l’économie domestique des ménages. Son étude s’inspire fortement de l’approche ethnocomptable développée par le collectif formé autour d’Alain Cottereau. L’idée était de réfléchir à comment on peut décrire ces sources de revenus, les évaluations dont elles font l’objet et leurs articulations. Pour cela, Pierre Blavier s’est appuyé sur le cas empirique contemporain de la récession de 2008 en Espagne et en particulier celui d’un couple de chômeurs confronté à des difficultés économiques. Après avoir situé leur famille et leurs parcours de vie, Pierre Blavier a présenté trois sources de revenus palliant a minima la perte de leurs salaires respectifs et l’épuisement progressif des allocations chômage: les « petits boulots » du mari, les produits artisanaux de sa femme, et l’aide familiale. Ceci a permis de montrer comment ces trois canaux, assez peu visibles du point de vue institutionnel, permettent de « joindre les deux bouts ».

Giulia Mancini – Université de Roma Tor Vergata, département d’économie – « Women in Economic History – Measuring gaps using household budget data ».

La richesse des informations trouvées sur les budgets des ménages peut être utile pour étudier sur le long terme le niveau de vie des femmes et l’inégalité entre les sexes. La présentation de Giulia Mancini a dressé le tableau des possibilités de recherche sur ces questions, soulignant les utilisations potentielles des budgets des ménages, notamment quant à l’évolution des conditions de vie des femmes, en particulier dans le cas italien. L’enjeu de ses recherches est également de rendre compte, au niveau micro des inégalités entre les sexes, notamment à travers l’usage du temps.

 

Stéphane Baciocchi – EHESS, projet Time-Us – Alain Cottereau – EHESS, projet Time -Us – Anne Lhuissier – INRA, projet Time-Us – « L’économie familiale des textiles. Textile, habillement et productivité du travail dans les monographies de familles des Ouvriers des deux mondes, 1857-1928 ». 

Stéphane Baciocchi, Alain Cottereau et Anne Lhuissier ont présenté le programme de travail (2017-2019) portant sur les enquêtes économiques de terrain rassemblés dans la série des Ouvriers des deux mondes. Leur intervention a débuté par une présentation rapide des 128 monographies de famille entreprises à la suite de la publication de l’Atlas des Ouvriers Européens (1855), insistant sur la chronologie de ce corpus et sur ses discontinuités. Cette présentation a été l’occasion d’un premier repérage des monographies dont les budgets permettent d’appréhender au plus près ce qu’il ont qualifié d’économie familiale des textiles, à savoir l’ensemble des activités productives de fabrication, de transformation ou d’entretien des textiles, qu’elles soient à destination des circuits marchands ou domestiques. Dans un second temps, S. Baciocchi, A. Cottereau et A. Lhuissier ont introduit à différentes dimensions de la productivité du travail à partir de l’analyse de la monographie du Tisseur en châles de la fabrique urbaine collective de Paris (1857). La notion de productivité du travail développée a été prise en un sens anthropologique, très différent du sens économique classique: elle est rapportée aux évaluations effectives des acteurs, efficacité de l’organisation et des coordinations entre espaces de travail, bien-être, ergonomie, habiletés conjointes et qualité du produit. L’analyse des connexions temps – activités très précisément décrites dans le budget de cette famille a permis de mettre en évidence la combinaison des échelles productives, de l’atelier jusqu’à la “fabrique collective”.

Gilles Postel-Vinay – PSE, Ecole d’Economie de Paris – « A propos de l’incomplétude du salaire, XVIIIème-XXème siècle ».

Gille Postel Vinay a présenté ses recherches sur les salaires et les budgets familiaux. Son intervention a rendu compte de l’inconstance des salaires ouvriers, selon le genre et l’âge des travailleurs.  L’auteur a mis en avant les différences des trajectoires professionnelles entre hommes et femmes au cours de leur vie. Si les femmes connaissent des carrières en « U » – elles commencent à travailler dès l’enfance, s’arrêtent pendant la maternité puis reprennent par la suite une activité professionnelle – celles des hommes empruntent une dynamique inverse. Sur un temps plus court, analysant une année de travail, force est de constater les périodes plus ou moins brèves de chômage qui sont parfois compensées financièrement par des bureaux de bienfaisance, organisés par les communes. Ces périodes de carences d’activité peuvent être également compensées par une solidarité familiale. Le XIXème siècle est par ailleurs marqué par une baisse de l’épargne constante des ouvriers de l’industrie textile – baisse révélée par une recherche sur l’héritage au sein des familles de salariés – démontrant le caractère bancal des ressources des ouvriers pendant la première industrialisation.

Audrey Millet, Institut Universitaire Européen Fiesole, Projet Time-Us, « La chaîne et la trame des rémunérations. Les métiers féminins dans le Minutier Central parisien (XVIIIe-XIXe siècle) ».

La présentation d’Audrey Millet a montré les possibilités du Minutier Central parisien afin de d’étudier les rémunérations féminines dans deux secteurs, la fabrication d’accessoires de mode, et la confection des vêtements durant la première industrialisation. Les actes de notaires sont des archives bien connues des chercheurs et la première industrialisation semble un bon observatoire des changements en cours. Paris s’impose alors comme la capitale de la mode, la révolution politique est en marche et la consommation en plein essor entrainent des modifications dans les matières de travail, notamment chez les faiseurs de mode. Audrey Millet a proposé une analyse quantitative à partir des professions que pourraient occuper les femmes. Dans une première partie, elle a analysé le corpus défini. Les résultats permettent d’interroger le type d’actes à dépouiller. L’auteur a mis en avant l’invisibilité des femmes (leur activité économique se fond souvent dans celle des hommes) pour finalement se poser la question de la place des femmes au travail et les sources complémentaires à utiliser pour la saisir (baux de boutiques, faillite, actes de décès, enregistrement des industrie).

Matthieu de Oliveira – IRHIS, Université Lille 3, Projet Time-Us – « Ressources archivistiques privées et publiques sur les salaires textiles. L’exemple du Nord ». 

Au cours de son intervention, Matthieu de Oliveira a posé les jalons des recherches à mener sur les problématiques de l’ANR Time-US dans le Nord. Les fonds d’archive du Nord révèlent une richesse et une densité de documents relatives à la question du travail dans les industries textiles. Cette richesse est le reflet de la multiplicité de l’organisation des espaces productifs, de la diversité des matériaux textiles travaillés (coton, laine, lin, chanvre), de la variété des localités où s’ancrent la production (rurales et urbaines) laissant entrevoir plusieurs réalités des conditions de travail des ouvriers dans l’industrie textile du Nord. Ce dynamisme productif détermine la densité des institutions de commerce (tribunaux et chambres de commerce) et d’industrie (les conseils prud’homaux) qui contiennent des informations cruciales sur l’évolution des conditions de travail des ouvriers du textile. L’ancrage de l’industrie dans la région suscite par ailleurs l’intérêt des pouvoirs publics qui s’intéressent dès le XIXème siècle à la question des salaires (Cf. les bureaux des statistiques industrielles). Cet intérêt se renforce en 1848 par la réalisation d’enquêtes menées par l’Etat au cours desquelles trente métiers de l’industrie textile sont recensées permettant d’en connaître les salaires minimum afférent pour les hommes et parfois pour les femmes. Enfin, les sources judiciaires (Cf. justice de paix) constituent des sources importantes pour comprendre le temps de travail et la rémunération des ouvriers du textile. Cet ensemble de possibilités d’exploitation archivistique permet par ailleurs d’établir des comparaisons pour mettre en avant les disparités de salaires entre les différentes localités du Nord.

Kamila Adja – Université Paris Diderot-Projet Time-Us –  « Des ouvrières en linge entre le XVIIIe et le XIXe siècle et de leurs conditions de vie et revenus».

Kamila Adja a présenté ses recherches sur le travail des lingères au XVIIIème-XIXème siècle. Son intervention englobe une analyse aussi bien des structure des métiers que des conditions d’existence  des ouvrières en linge dans leur sphère privée. Kamila Adja a mis en lumière les réalités très différentes du métier: au XVIIIème siècle, s’il existe une corporation de lingères, la majorité des femmes de ce secteur sont des travailleuses libres, ayant des conditions de revenus et de travail très disparates. Pour le XIXème siècle, la monographie leplaysienne (1858) sur les lingères, outre des informations sur leurs revenus, révèlent les structures familiales de ces travailleuses (importance des familles monoparentales) et les solidarités économiques à l’intérieur des familles, quantifiées par les auteurs des enquêtes.

Anne Montenach – TELEMME, Université d’Aix – Marseille, projet Time-US – « Travail et rémunérations des femmes dans le textile d’après des sources lyonnaises (fin XVIIème-XVIIIème siècle) ».

A Lyon, à la fin du XVIIIème siècle, les femmes constituaient la principale force de travail. La Grande Fabrique employaient jusqu’à 35 000 travailleurs en 1788 et s’appuyait fortement sur la main d’oeuvre féminine. Comme le note D. Hafter, « toutes nos statistiques sur l’emploi au XVIIIème siècle à Lyon sont faussées par des connaissances laconiques sur la production et les salaires des femmes » (Hafter, 1995: 46). Cependant, les archives des marchands et les inventaires post-mortem ont permis d’identifier les formes d’autonomisation dans les métiers où les travailleurs ont été rémunérés à la pièce: les tisseurs travaillaient de manière indépendante avec l’aide de plusieurs travailleuses. Ils étaient  payés à la pièce, plutôt qu’à l’année et négociaient directement avec les marchands fabricants (Budin, 2007). Néanmoins, il reste un travail important à réaliser pour reconstituer les caractéristiques genrées des salaires et des systèmes de rémunération au début de la production textile en France. Dans cette perspective, l’intervention d’Anne Montenach s’est concentrée sur des sources riches mais encore peu exploitées que sont les archives de la guilde de Lyon sur les infractions qui permettent une lecture des conflits autour des salaires. Ces 53 volumes produits entre 1667 et 1771 illustrent la grande complexité et la diversité des systèmes de rémunération et leur évolution au cours du long XVIIIème siècle. Ils donnent à voir, par exemple, la coexistence d’une rémunération à la pièce et au temps pour une même métier, tel que la broderie. Dans le but d’approfondir les connaissances de cette économie « du face à face », intégrée dans des normes sociales genrées, et pour mettre en lumière cette asymétrie entérinée par les systèmes de rémunération, une attention particulière sera accordée à la nature du travail, à l’impact de la négociation sur la formation des salaires et au pouvoir que les ouvriers et ouvrières ont pu – ou non – développé au sein du marché du travail.

Discussions:

Ces deux journées journées se sont conclues par des discussions permettant de définir davantage les enjeux, les possibilités et les limites du projet Time-Us.

  • La perspective comparative entre différents bassins industriels, sur un temps long (XVIIème-début XXème siècle), pourrait entrainer des difficultés, considérant l’hétérogénéité des époques et les évolutions des métiers au cours des périodes choisies, la mutation des activités industrielles… impliquant ainsi des incidences sur la division du travail entre hommes et femmes.
  • La perspective comparative du projet, comprenant plusieurs villes françaises, a soulevé une autre question liée à l’usage du vocabulaire pour qualifier les métiers. Quel langage commun peut-on établir considérant les divergences de dénomination des activités professionnelles selon les régions? Un des moyens avancé pour pallier cette difficulté serait de décrire les métiers, plutôt que de les nommer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.