Archives de catégorie : Archives

Le journal « L’Atelier ». Enquête sur les ouvriers chapeliers (1841)

Dans le cadre du projet Time-Us, les premiers mois de recherche dans les archives révèlent la rareté de l’expression de la parole des ouvriers sur leurs conditions de travail et de vie, quelques pétitions faisant exception à la règle. La presse ouvrière constitue alors une ressource intéressante pour combler cette quasi-absence : outre des données quantitatives sur le temps de travail, les modalités de rétributions et la somme des salaires, la parole des ouvriers nous permet d’avoir accès à des appréciations qualitatives sur leurs conditions d’existence. Dans le sillage du journal ouvrier lyonnais L’Echos de la Fabrique (1831-1835),  L’Atelier (1840-1850) offre une tribune aux ouvriers, principalement parisiens, pour porter leurs revendications politiques, sociales et économiques ( Cf. Armand Cuvillier, Un journal d’ouvriers. L’Atelier 1840-1850, Les éditions ouvrières, Paris, 1954). Conçu comme un forum de discussion entre travailleurs, le journal lance un appel à tous les ouvriers pour témoigner de leur condition de travail et de vie au sein de l’article « Réforme industrielle. Enquête. » publié en juin 1840. Jusqu’en 1843, L’Atelier publie les témoignages d’ouvriers provenant d’industries et de zones géographiques diverses, dressant ainsi un panorama riche du monde ouvrier en France.

L’enjeu de cette enquête est multiple : il s’agit en premier lieu de démontrer par des données quantitatives l’incapacité matérielles des ouvriers à l’épargne. Considérée comme le fer de lance de l’amélioration des conditions de vie des ouvriers par les membres  libéraux du Conservatoire des Arts et Métiers – à l’instar du baron Charles Dupin – les ouvriers journalistes de L’Atelier donnent à voir par le témoignage de leurs pairs les difficultés de leur quotidien et l’impossibilité à la prévoyance individuelle. En second lieu, les ateliéristes entendent formuler une réponse ouvrière aux enquêtes hygiénistes menées entre autres par les médecins Louis Villermé et Eugène Buret, publiées au cours de l’année 1840 ( Cf. Louis-René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, t. I et II, Paris, J. Renouard & Cie 1840 ; Buret Eugène, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France […], Paris : Paulin, 1840).

L’article publié ci-dessous, intitulé « Enquête. Situation des ouvriers chapeliers » (L’Atelier, n° 1, deuxième année, septembre 1841, p. 6-7), revient sur les conditions salariales de ces derniers, incluant dans son récit le travail des femmes. L’intérêt de cet article sur les ouvriers chapeliers de Paris réside dans la segmentation des informations données sur le nombre d’ouvriers occupés, les salaires, les périodes de chômage selon chaque métier au sein de cette industrie.

ENQUÊTE. Situation des ouvriers chapeliers.

La chapellerie occupe à Paris 2000 ouvriers, divisés en trois corps bien distincts: les fouleurs, les approprieurs et les metteurs en tournures; tous travaillent en fabrique, et sont rétribués aux pièces.

Bien que les ouvriers composant cette partie de l’industrie parisienne ne soient pas aussi malheureux que ceux employés dans bien d’autres parties, ils ne sont pourtant pas (les fouleurs surtout) aussi heureux qu’on ne le croit généralement dans le public.

Nous allons donc exposer, aussi exactement que possible, la position de chacun de ces corps.

Les Fouleurs. – Ils sont au nombre de 700 environ, dont quelques-uns forment, par une cotisation annuelle, une société dite Bourse auxiliaire des Fouleurs-Chapeliers de Paris. Cette société fondée en 1817, avec la permission de l’autorité et l’assentiment des maîtres, a constamment secouru ses membres contre le chômage, si fréquents dans cette partie depuis la fabrication des chapeaux en soie, et contre les maîtres, qui, ne pouvant faire agréer aux sociétaires une diminution dans les prix fixés par eux et les sociétaires, créèrent des ateliers hors barrière, et là, spéculant sur la misère des pauvres pères de famille, qui ne pouvaient supporter de longs chômages, et sur l’isolement de ceux restés en dehors de la société, les firent travailler à des prix bien plus bas que ceux fixés par le tarif. […] Le prix des façons permettait à l’ouvrier fouleur, il y a une dizaine d’années, de gagner un salaire raisonnable: mais cette partie décline chaque jour depuis la fabrication des chapeaux en soie, les maîtres, par un faux calcul, et dans le dessein cependant d’empêcher cette partie de se perdre, se firent deux concurrences terribles: d’abord celle du mieux-faire qui augmente le travail de l’ouvrier sans augmenter son salaire, ensuite celle du meilleur marché, qui força les ouvriers fouleurs, il n’y a pas encore un mois, à réduire ce salaire déjà insuffisant. De sorte que l’ouvrier fouleur gagne en moyenne, et s’il est occupé toute l’année, que 2fr. 25c. à 2fr. 50c. par jour, encore ne sont-ce que les sociétaires; car les dissidents ne peuvent gagner cela, les façons leur étant payées moitié moins. Par exemple la façon d’un chapeau qui se paye 3fr. à Paris, se paye 1fr. 50c. hors barrière. Enfin la position des ouvriers fouleurs, ceux surtout qui travaillent en dehors de la société, et qui par conséquent, n’ont aucune garantie contre le chômage, est tellement misérable, qu’ils ne peuvent souvent pas sortir, faute de chaussures ou des vêtements les plus nécessaires. Beaucoup sont occupés par des ouvriers patentés qui travaillent eux-mêmes pour les autres maîtres, et on sait combien est malheureux l’ouvrier qui a recours à ceux qui font travailler ainsi dans toutes les parties.

Les Approprieurs.– Les approprieurs sont à Paris, au nombre de 1200 environ; 350 d’entre eux forment, comme les fouleurs, par une cotisation de toutes les semaines, une association de secours mutuels sous le nom de Bourse auxiliaire des Approprieurs-Chapeliers de Paris. Fondée en 1820, elle a pour mission, comme celle des fouleurs, de garantir l’ouvrier contre les chômages, et contre les maladies qu’engendre un travail pénible, malsain et irrégulier; car il y a dans cette partie, comme dans toute la chapellerie, sept mois de l’année, au moins, où l’on ne travaille que trois ou quatre jours par semaine, et cinq mois, à peu près, où l’on travaille seize heures par jour. L’approprieur, celui qui travaille toute l’année, gagne en moyenne 3fr. 25c. à 4fr. 25c., notre calcul établi sur différentes maisons et différents ouvriers, plus ou moins actifs. […] Nous faisons remarquer les chômages de cette partie de l’industrie, parce que l’ouvrier chapelier passe généralement, dans le public, pour gagner régulièrement 7 ou 8 francs par jour; erreur, du reste, que les maîtres ont propagé et exploité à leur profit : […]

Les metteurs en tournures. – Il y en a beaucoup dans les maisons de détail, leur spécialité étant de mettre le bord du chapeau en tournure. Ils trouvent de l’ouvrage chez le détaillant comme chez le fabricant; cependant comme la rétribution n’est pas la même, et qu’il serait difficile de donner le chiffre de ceux employé au détail, nous parlerons seulement de ceux employés en fabrique. Ils sont au nombre de 100 à 150 environs, le chiffre varie selon les saisons. Ceux qui y travaillent toute l’année gagnent en moyenne 4fr. à 4fr. 50c. par jour.

Les ouvrières. – La chapellerie occupe, en outre, 500 ouvrières environ, travaillant presque toutes chez elles. Elles sont divisés en quatre corps bien distincts, qui sont: les coupeuses de poil et equarreuses qui ne travaillent qu’aux chapeaux de feutre; les couseuses, qui ne travaillent qu’aux chapeaux de soie, et les garnisseuses, qui travaillent aux feutres et aux soies. Elles sont toutes rétribuées aux pièces. Les coupeuses et les équarreuses gagnent en moyenne 1fr. 25c. à 1fr. 50c.; les couseuses de 1fr. à 1fr. 25c., et les garnisseuses de 1fr. 25c. à 1fr. 50c. Les ouvrières travaillant à la chapellerie sont assujetties aux mêmes chômages que les hommes, et elles ont, de plus, que dans la saison où elles pourraient bien travailler, il faut qu’elles perdent un temps précieux que nécessite le report de leur ouvrage, et cela trois ou quatre fois par jour. […]

Dans cette enquête comme dans toutes celles données précédemment, nous n’avons considéré que la position des ouvriers qui sont occupés à Paris; nous reviendrons sur ce sujet, et nous parlerons de toute la chapellerie en France. »

 

Grève des tisseurs lyonnais et revendications salariales (1894-1895)

Ces documents, extraits des archives départementales du Rhône (9M5), font partie d’un ensemble important de rapports de police adressés au préfet, relatant les réunions des ouvriers en grève de l’industrie textile lyonnaise durant l’hiver 1894-1895. Les revendications ouvrières portent sur un relèvement de leurs rémunérations selon les tarifs fixés en 1885.  Ces rapports de police sont riches à plusieurs titres. Ils nous permettent en premier lieu d’obtenir des informations précises sur les salaires et la durée de travail des ouvriers et des ouvrières de la grande Frabrique, selon les maisons qui les emploient. Ils permettent en outre de rendre compte de l’introduction d’une logique collective dans la fixation des salaires ouvriers. A Lyon, parmi les canuts, la mise à l’index de certaines entreprises est une pratique défensive: on interdit de travailler pour une maison qui n’applique pas le tarif ou d’autres conventions préalablement adoptées (Perrot, 1974). Dans cette dynamique, on demande de pratiquer des salaires équivalents d’une maison à l’autre. La liberté des marchants-fabricants est alors entravée par la vigilance des ouvriers eux-même à l’égard des maisons d’un même territoire (Gilles, 1988).

 

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Destiné au Préfet du Rhône, ce rapport de police fait le compte rendu d’une réunion tenue le 20 novembre 1894, à la Croix-Rousse, rue d’Austerlitz, au siège du Syndicat ouvrier des tisseurs et similaires. L’extrait de ce rapport rend compte du salaire moyen des tisseurs dans l’industrie textile lyonnaise (de 1,50 à 2, 50 francs par jour), et d’une pondération de ces chiffres au regard des périodes de chômage qui entraînent une baisse de la moyenne de ce salaire journalier (1,25 à 1,75 francs par jour).

Commissariat spécial-Mouvement des tisseurs, Archives départementales du Rhône, 9M5, 22 novembre 1894.

Il s’agit d’un second extrait de ce même rapport de police datant du 22 novembre 1894. Après avoir identifié les maisons qui pratiquent les salaires les plus bas, l’assemblée des ouvriers met à l’index quatre maisons de fabrique. Les maisons Atuyer (place Tolozan), Schulz (rue du Griffon), Béraud (place Tolozan) et Tresca frères (rue du Griffon). Ces mises à l’index sont par la suite rendues publiques par le biais d’affiches diffusées dans les arrondissements concernés.

L’affiche ci-dessous, rend compte de la fin de la mise à l’index de plusieurs maisons lyonnaises au début du mois de décembre 1894, suite au relèvement des salaires des tisseurs.

Relèvement des salaires – affiche, Archives départementales du Rhône, 9M5, 1894.