Archives de catégorie : Billets

Les archives des prud’hommes de la seine pour l’industrie des tissus : Quelles informations pouvons-nous en tirer ?

Une présentation proposée par Kévin Champougny.

En effectuant la transcription manuelle du registre D1U10-379 (1847-1848) ainsi que la correction de la transcription automatique d’une partie du registre D1U10-386 (1858), nous avons pu par la même occasion analyser quelques affaires. Il s’agit d’un traitement partiel ne concernant pas l’ensemble des deux registres mais seulement des passages précis : soit 36 affaires ayant lieu entre décembre 1847 et mai 1848 et 24 affaires pour mai-juin 1858. Les tendances observables dans ces passages sont à prendre avec précaution en attendant une analyse plus poussée de l’ensemble des registres, mais nous pouvons toutefois présenter quelques particularités de ces fonds.

I. La structure des registres

Avant de progresser davantage, il est important de revenir sur l’organisation interne de ces archives.

Les registres sont organisés par audiences qui, en temps normal, se tiennent le vendredi sur un rythme hebdomadaire. Au cours de chacune d’elle, une ou plusieurs affaires sont présentées et débattues devant le Bureau Général. Celui-ci juge en dernier ressort les affaires pour lesquelles les parties n’ont pas pu trouver de terrain d’entente devant les Bureaux Particuliers.

Pour chaque affaire nous avons une structure similaire : le secrétaire présente les parties du procès (demandeurs et défendeurs) en précisant leurs noms, qualités et adresses. Une fois cette présentation effectuée, un rappel du déroulé des audiences précédentes devant les Bureaux Particuliers a lieu. C’est durant cette partie que nous pouvons obtenir des informations sur l’objet des litiges et les argumentaires de chaque partie. Toutefois, nous pouvons souligner que ces passages, qui sont pourtant les plus riches en informations pour TIME-US puisqu’ils reviennent en détail sur la question des salaires et des tâches de production, présentent un intérêt principalement quand le défendeur (l’accusé) comparaît devant le tribunal. Après le rappel des faits et des argumentaires, intervient le point de droit : les questions juridiques auxquels les prud’hommes doivent apporter une réponse. Ensuite, les arguments des juges sont donnés et aboutissent sur la conclusion de l’affaire.

Si la structure ici présentée reste identique entre 1848 et 1858, des évolutions sont toutefois constatables sur la forme.

II. 1848-1858 : différences et similitudes

Les différences que nous pouvons constater entre les deux registres proviennent principalement du fait que le registre de 1848 et les affaires qu’il présente sont les premières du tribunal des prud’hommes du département de la Seine pour l’industrie des tissus. Contrairement à la rédaction presque mécanique du registre de 1858 et de son secrétaire M. Lecucq, la rédaction de M. Corbin, secrétaire pour 1848, est moins machinale. Si les différences sont parfois minimes et le sens reste profondément le même, cela témoigne néanmoins d’une différence dans le degré de formalisation des deux secrétaires.

Mais outre cet aspect, nous constatons aussi une période d’adaptation du public face à cette nouvelle institution. Cela peut se mesurer de deux façons. La première repose sur une comparaison portant sur le nombre d’affaires par audience : entre le 24 décembre 1847 et le 19 mai 1848, le tribunal des prud’hommes traite un total de 36 affaires sans oublier l’audience du 8 octobre 1847 (on compte alors 3 affaires par audience), contre 24 affaires sur la période du 28 mai 1858 au 18 juin 1858 (entre 5 et 8 affaires par audience). Les révolutions de 1848 ont pu jouer un rôle important dans la différence du nombre d’affaires par audience entre les deux années, toutefois il semble que cette dernière provienne davantage du fait que, pour la première période, recourir aux Prud’hommes ne serait pas encore totalement intégré dans les mœurs. En reprenant un calendrier des audiences tenues entre le 8 octobre 1847 et le 7 décembre 1849, nous constatons que trois seulement ont pu suivre un rythme hebdomadaire (les 26 novembre, 3 décembre et 24 décembre 1847) tandis que les autres voient généralement deux semaines s’écouler entre elles. A contrario, 8 audiences se sont même tenues plus de deux semaines après la précédente.

L’autre critère pouvant possiblement attester d’une appropriation de ce tribunal par le public provient du nombre d’affaires présentant une non-comparution du défendeur (l’accusé) : cela concerne ainsi 26 affaires sur 36 en 1848 contre 13 affaires sur 24 en 1858. Si l’absence de comparution aboutit automatiquement sur la victoire du demandeur, elle nous prive pourtant souvent d’explication et de détails sur le cœur de l’affaire.

III. Deux exemples intéressants pour TIME-US

Les affaires présentant le plus grand intérêt pour TIME-US sont celles qui offrent une confrontation entre les parties. Les ouvriers et les maîtres doivent alors revenir sur l’objet du litige en apportant des précisions sur les salaires et les conditions de travail mais aussi présenter leurs arguments, permettant ainsi d’accéder à des informations sur les pratiques courantes dans le milieu ou encore sur la qualité de la production.

Nous proposons, à titre d’exemple, de revenir sur deux affaires particulièrement riches en informations.

L’affaire opposant les époux Barbet aux époux Maison du 11 février 1848, intervient après le départ de l’épouse Barbet des ateliers des Maison suite à un différend avec ceux-ci. Les ouvriers Barbet demandent le paiement du solde que leur doivent les Maison pour le travail effectué, mais ces derniers s’opposent à la somme demandée et expliquent, comptes à l’appui, qu’ils sont au contraire créanciers. Suivent alors deux séries de comptes, une effectuée par les Maison et l’autre par les juges des prud’hommes, où sont détaillés les avantages et les salaires dont ont pu bénéficier les Barbet pour leur travail.

Le 24 mars 1848, une affaire oppose les époux Chereau, ouvriers châliers, à M. Fretille, fabricant de châle, qui aurait refusé de payer une somme avoisinant les 6000 francs. Suite à la non-comparution du défendeur, les Chereau remportent le procès. Afin de permettre un remboursement plus rapide de la somme, le Bureau Général établit un inventaire complet des matières premières, produits finis et aussi des outils de travail pouvant être vendus lors d’une vente aux enchères. Par cette affaire, nous obtenons donc un aperçu de la matérialité de la profession de châlier au XIXe siècle.

IV. Logement, genre : d’autres informations des Prud’hommes

Les archives des Prud’hommes mettant en lumière des problèmes du monde du travail, ceux des ouvriers comme ceux des patrons, elles permettent aussi d’accéder parfois à l’histoire sociale des individus.

La présentation des parties offre ainsi, par exemple, la possibilité de retracer les conditions de logement des ouvriers parisiens : les quartiers qu’ils habitent, le déplacement des ruraux qui viennent s’établir à Paris (mouvement notamment visible dans le cas des apprentissages où figure le domicile familial) ou encore s’ils sont hébergés par autrui.

Nous pouvons aussi, rarement, croiser l’expression des sentiments des classes populaires. C’est par exemple le cas de l’affaire Pajot contre Beuret du 28 mai 1858 dans laquelle l’apprentie, Valérie Pajot, exprime sa détermination à vouloir mettre un terme à la punition imposée par son maître qui l’a mise au pain sec et à l’eau. M Pajot, le père de l’apprentie, tente ainsi de trouver un accord avec l’épouse du maître : il propose d’user de son autorité parentale pour faire rentrer sa fille dans les ateliers à condition que les Beuret puissent « consentir à ne pas persévèrer [sic] dans son exigence à l’égard d’une punition que l’apprentie refusait à supporter à cause de l’humiliation qu’on voulait lui faire subir »1. Autre expression de sentiments, bien que d’une autre forme, la demande de rupture de contrat auprès des Bureaux Généraux le 11 février 1848 (accompagnée d’une demande de dommages-intérêts) suite aux « familiarités »2 qu’entretiennent une apprentie, Anna Clotilde Simonet, et le frère de sa maîtresse, la Comtesse de Marsac, fabricante de fleurs.

Enfin une étude sous le prisme du genre dans les décisions des prud’hommes semble aussi particulièrement intéressante. Ainsi, sur les 36 affaires de l’année 1848 traitées à ce stade, nous observons que les femmes constituent 35% des demandeurs (soit 14 sur 41 demandeurs) : 5 femmes agissent en leur nom propre, tandis que les autres sont « assistées et autorisées » par leurs époux. Toutefois, dans les cas étudiés, le critère de genre ne semble pas entrer en compte dans le résultat du jugement : aucune différence concrète ne peut être constatée par rapport aux hommes. Autre résultat, les demandeurs, hommes comme femmes, ont gain de cause dans 97% des affaires ayant lieu sur la période étudiée en 1848 : le critère le plus déterminant pour obtenir un jugement positif repose donc sur le fait d’être le demandeur devant les Bureaux.


1 Registre D1U10-386, Archives départementales de la Seine, audience du 28 mai 1858, Affaire Pajot contre Beuret.

2 Registre D1U10-379, Archives départementales de la Seine, audience du 11 février 1848, Affaire Simonet contre De Marsac.

Wiki Time-Us

L’équipe de recherche Time-Us a mis en place un wiki dédié aux sources du projet et à leur traitement numérique. Les inventaires des sources collectées dans le cadre du programme ANR, un guide d’utilisation du logiciel de transcription Transkribus et un guide d’annotation des archives sont disponibles ICI.

 

Compte rendu de la formation au logiciel Transkribus (INRIA)

Compte rendu de la formation Transkribus

« Transcription, annotation, reconnaissance d’écriture manuscrite, prise en main »

INRIA – Paris

15 février 2018

Formation organisée et menée par Charles Riondet (Ingénieur de recherche – INRIA)

Organisée sur une matinée, la formation pour l’utilisation de Transkribus a rassemblé les membres du projet Time-US. Elle s’est articulée autour de deux moments : la présentation de Transkribus et une première prise en main du logiciel par les participants.

Présentation de Transkribus

Transkribus a été développé dans le cadre du projet européen READ (Recognition and Enrichment of Archival Documents), dont l’enjeu est de rendre plus accessibles d’importants corpus d’archives. Le logiciel de transcription automatique Transkribus permet la reconnaissance de l’écriture manuscrite tout alphabet confondu, des structures de mise en page, et des documents écrits à plusieurs main. Il permet également l’annotation d’archives.

 Fonctionnement de Transkribus

La reconnaissance du texte se fait ligne par ligne, et non par caractères. Pour une retranscription automatique, il est nécessaire d’entraîner les algorithmes. A cette fin, Transkribus est efficient pour la retranscription d’un grand nombre de documents ayant une structure et une écriture similaires. Pour entraîner le logiciel, il est nécessaire de disposer d’une transcription d’au minimum 50 pages, ou 1000 lignes complètes.

Pour exemple, les porteurs du projet « Transcribe Bentham » ont entrepris la transcription, avec l’aide du logiciel, des manuscrits écrits par Bentham et ses secrétaires. Environ 900 pages ont été retranscrites, ce qui a permis d’entraîner un modèle efficace (un taux d’erreurs compris entre 5 à 10%).

Transkribus fonctionne aussi sur des tapuscrits, et requiert un entraînement plus limité du logiciel. Les résultats de la transcription automatique comprennent un taux d’erreurs moindre, entre 1 à 2%.

Une fois les archives transcrites, il est possible d’exporter les documents en plusieurs formats, dont .pdf, et .xml permettant l’encodage des textes.

Utilisation de Transkribus

Pour commencer la retranscription via Transkribus, il est indispensable de créer un compte personnel https://transkribus.eu/Transkribus/ ou de se connecter à l’adresse suivante  https://transkribus.eu/read

Pour apprendre à utiliser Transkribus, se référer à :

https://learn.transkribus.eu

https://transkribus.eu/wiki/index.php/Main_Page

https://transkribus.eu/wiki/images/7/77/How_to_use_TRANSKRIBUS_-_10_steps.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=GjChcDExshU&feature=youtu.be

Les archives transcrites dans le cadre du projet Time-Us seront bientôt disponibles sur le wiki: http://timeusage.paris.inria.fr/mediawiki/index.php/Accueil

Présentation du programme de recherche TIME-US

 

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le programme TIME-US, porté par l’ANR. Ce projet a pour but de reconstituer les rémunérations et les budgets temps des travailleuses et des travailleurs du textile dans quatre villes industrielles françaises (Lille, Paris, Lyon, Marseille) dans une perspective européenne et de longue durée. En réunissant en une seule équipe pluridisciplinaire des historiens des techniques, de l’économie et du travail, des spécialistes du traitement automatique des langues et des sociologues spécialistes des budgets familiaux, il vise à donner des clés pour comprendre le gender gap en analysant les mutations du travail et la répartition du temps et des tâches au sein des ménages pendant la première industrialisation. Les enjeux de ce carnet de recherche sont multiples. Il s’agit en premier lieu de présenter l’équipe de recherche engagée dans le projet TIME-US, de diffuser et de valoriser les évènements scientifiques organisés dans le cadre de ce programme (journées d’étude, séminaires, colloques) . Il s’agit en second lieu de mettre en valeur la dynamique scientifique pluridisciplinaire mise à l’œuvre pour porter ce projet. A travers cette interface, nous souhaitons enfin rendre compte régulièrement de l’avancée de nos recherches à travers la publication de sources commentées. Destiné principalement à la communauté scientifique, le carnet de recherche TIME-US vise par ailleurs un lectorat plus large par un effort de vulgarisation de ses résultats.