Séminaire « Pratiques d’enquêtes et sens de la réalité sociale : terrains comparés par des collectifs d’investigation »

Coordonné par:

Alain Cottereau, directeur d’études à l’EHESS (CEMS)

Stéphane Baciocchi, ingénieur d’études à l’EHESS (CRH)

Marie Paule Hille, maître de conférence à l’EHESS (CCJ)

Anne Lhuissier, chargée de recherche à l’INRA (CMH)

 

Les séances ont lieu de 13h à 17h, au 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, salle A06_51, du 16 novembre 2017 au 21 juin 2018.

Le séminaire de 2017-2018 ouvre un cycle de deux années qui portera sur des investigations internationales de collectifs d’enquête menant des travaux de terrain et de première main, leurs approches et leurs résultats. L’ethnocomptabilité fait partie de la démarche de plusieurs d’entre eux. Dans ce cadre, et en lien avec le programme d’enquête sur les Rémunérations et usages du temps des femmes et des hommes en France de la fin du XVIIe au début du XXe siècle (ANR – TIME-US), plusieurs séances du séminaire seront consacrées aux formes d’organisation de l’activité textile. En particulier, un domaine d’enquête est à redessiner, qui prendra en considération l’ensemble des formes d’activité de textile et d’habillement, formes interdépendantes, depuis la simple production domestique pour soi, jusqu’aux modalités de coopération ou confrontation internationales, s’étendant au commerce et à l’utilisation. Sur le plan historique, des sources jusque là inconnues, du XIXe et XXe siècle, découvertes par les organisateurs ou participants, seront mises en perspective.

Programme prévisionnel des séances:

  • 16 novembre 2017 : Budgets de famille et ethnocomptabilité. Histoire et théorie.
  • 21 décembre 2017: Enquête collective sur l’accueil des réfugiés.
  • 18 janvier 2018 : La fabrique collective parisienne. 1. Le tisseur en châle de Paris.
  • 15 février 2018 : La fabrique collective parisienne. 2. Tailleur & tailleuse d’habits de Paris (1856).
  • 15 mars 2018 : La fabrique collective parisienne. 3. L’enquête de P. du Maroussem sur le « vêtement à Paris », 1893-1896.
  • 17 mai 2018: Ethnographie sur les marchands musulmans de « soierie et satin » sur la frontière sino-tibétaine.
  • 21 juin 2018: Monographies chinoises.

Tabitha Baker – Associée au projet TIME-US

 

L’ équipe de recherche de Time-Us est heureuse de collaborer avec Tabitha Baker, doctorante à l’Université de Warwick sous la direction de Giorgio Riello (Université de Warwick) et de Lesley Miller (V&A Museum, London). S’intéressant aux liens entre consommation et production de la broderie au XVIIIème siècle en France, sa thèse en préparation rejoint les thématiques du projet Time-Us.

Sa thèse analyse la relation entre consommation et production professionnelle de broderie pour les vêtements et accessoires de mode en France au XVIIIème siècle (1660-1791), portant une attention particulière aux villes de Paris et de Lyon. La broderie n’était pas simplement une activité de raffinement, mais également un commerce bien établi au XVIIIème siècle, sujet aux variations de la mode. Cette étude socio-économique permettra l’analyse d’un commerce qui ne nécessitait pas d’outils sophistiqués, d’investissements importants, et qui n’était pas influencé par les innovations technologiques au cours du XVIIIème siècle. La recherche sur la production, les compétences et les réseaux de brodeuses au XVIIIème siècle en France permettra une compréhension pertinente des changements techniques de la broderie, du fonctionnement du commerce dans des villes différentes, et de la nature de la clientèle des brodeuses professionnelles. Une analyse minutieuse des modalités de consommation de la broderie au XVIIIème siècle et des effets de cette consommation sur la structure du commerce de la broderie en France contribuera à une meilleure appréhension de la relation entre consommation des élites et commerce du luxe en France au cours de cette période.

Séminaire « Familles et individus en Europe de la première modernité à nos jours »

Coordonné par

Jean-François Chauvard

Manuela Martini

 Archives départementales du Rhône, 

Salle de séminaire,  (34 rue Général Mouton-Duvernet)

Les lundis de 16h30 à 19h

Ce séminaire, proposé parmi les enseignements du Master Études du genre, parcours MATILDA, entend également, dans le cadre des axes « Genre » et « Action publique et mondes urbains » du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, donner plus de visibilité à un champ historiographique peu représenté aujourd’hui, celui de l’histoire de la famille. À la vision traditionnelle de sociétés anciennes dominées par une conception organique de la famille à laquelle l’individu serait subordonné, et par opposition, d’un monde contemporain caractérisé par l’affranchissement de l’individu du carcan familial, ce séminaire voudrait appréhender la question sans a priori en interrogeant également les formes d’autonomie qui existaient autrefois dans les relations familiales et la persistance ou l’existence de contraintes familiales à l’époque contemporaine. Travailler sur l’interaction entre l’individu et le groupe familial est le moyen d’aborder la famille dans une perspective dynamique comme un espace de conflits et de solidarité, d’émancipation et de contraintes, de sentiments et d’obligations, de ressources et de stratégies. C’est la possibilité de réfléchir, dans la longue durée et dans une perspective prenant en compte les rôles genrés des acteurs, au fonctionnement et à l’évolution non linéaire du monde social en se plaçant à l’intersection de plusieurs disciplines (le droit, l’anthropologie, la sociologie).

Ce séminaire sera testé en 2017-18 dans un format qui pourra évoluer par la suite en intégrant d’autres équipes lyonnaises actives dans ce domaine de recherche.

Programme des séances

  • 2 octobre 2017 : Les contraintes matrimoniales : le choix du conjoint. Intervenants: Jean François Chauvard, Manuela Martini. Lecture au choix (articles en ligne) : André Burguière, « Cher cousin : les usages matrimoniaux de la parenté proche dans la France du XVIIIe siècle », Annales ESC, 1997, 52, 6, p. 1339-1360. Ou Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales ESC, 1972, p. 1105-1127.
  • 12 octobre 2017 (jeudi) : Les archives privées (Archives départementales du Rhône)
  • 23 octobre 2017 : Discussion autour du livre de Roberto Bizzocchi, Les Sigisbées. Comment l’Italie inventa le mariage à trois, Paris, Alma Editeur, 2016, en présence de l’auteur.
  • 6 novembre 2017 : Les systèmes de succession (JFC)
  • 27 novembre 2017 : Discussion autour du livre de Gérard Delille, L’économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, Paris, Les Belles Lettres, 2015,  en présence de l’auteur.
  • 22 janvier 2018 : Conflits et tensions familiales. Invité : Didier Lett (Université Paris Diderot-Paris7), « Tensions familiales, possession et travail de la terre dans les Marches au début du XVe siècle »
  • 12 février 2018 : Dépendance et autonomie des femmes.  Invitée : Cristina Borderías (Université de Barcelone),  « Maisonnées, réseaux de femmes et taux d’activité féminin en Catalogne pendant l’industrialisation »
  • 5 mars 2018 : Familles et institutions (Archives départementales du Rhône) 
  • 19 mars 2018 : Migrations et vie privée des familles. Intervenante: Manuela Martini.
  • 9 avril 2018 : Économies familiales et genre. Invités: Anna Bellavitis (Université de Rouen-IUF), « Le travail des femmes dans les ateliers familiaux en Europe à l’époque moderne »; Hervé Joly (Triangle), « Les dynasties des affaires : quand l’entreprise constitue la famille ».